16 septembre 1999

COMPTE RENDU DES EVALUATIONS PERIODIQUES DES PROGRAMMES DE FORMATION
AUX TROIS CYCLES

ANNÉES ACADEMIQUES 1997-1998 ET 1998-1999

Depuis janvier 1995, l'Université Laval procède à l'évaluation systématique de ses programmes, conformément à la politique de la Conférence des recteurs et des principaux des universités du Québec (CREPUQ), à savoir améliorer la qualité et accroître la pertinence des programmes de formation. La CREPUQ demande aux établissements universitaires la diffusion des résultats des évaluations périodiques.

Le compte rendu qui suit présente brièvement les programmes dont les résultats de l'évaluation ont été reçus par le Conseil universitaire durant les années académiques 1997-1998 et 1998-1999. Plusieurs de ces programmes sont maintenant révisés ou en voie de l'être.


FACULTÉ DE DROIT

PROGRAMME
Baccalauréat en droit

Comité d'évaluation périodique (CEP)
Nicole Lacasse, présidente du CEP, Faculté des sciences de l'administration (management)
Alain Barré, Faculté des sciences sociales (relations industrielles)
Berthier Beaulieu, Faculté de foresterie et de géomatique (sciences géomatiques)

Évaluateurs externes
Patrick Glenn, Faculty of Law, McGill University
Wade MacLauchlan, Faculty of Law, University of New Brunswick

Évaluation reçue au Conseil universitaire : septembre 1998

Principaux éléments du bilan

Excellente réputation du programme de baccalauréat et du droit en général à l'Université Laval tant sur le plan national qu'international
Compétence des professeurs, mais vieillissement du corps professoral; les prises de retraite créent d'ailleurs du déséquilibre entre les domaines
Diversification souhaitable des méthodes d'enseignement et recours à de nouvelles approches pédagogiques
Souhait des étudiants pour une plus grande ouverture aux autres facultés : en permettant, d'une part, aux étudiants en droit d'intégrer dans leur programme certains cours en provenance d'autres unités et, d'autre part, d'accueillir des étudiants d'autres facultés dans certains cours du programme de baccalauréat en droit
Recrutement timide des étudiants

Grande lignes du plan d'action du doyen

Accroître la concertation entre les professeurs et resserrer l'encadrement des étudiants
Examiner les méthodes pédagogiques
Réviser certains cours
Établir un plan de recrutement des étudiants


FACULTÉ DE FORESTERIE ET DE GÉOMATIQUE

PROGRAMMES :
Maîtrise en sciences géomatiques
Doctorat en sciences géomatiques

Comité d'évaluation périodique (CEP) :
Denis Poussart, président du CEP, Faculté des sciences et de génie (génie électrique)
Louis Guay, Faculté des sciences sociales (sociologie)
Marc J. Richard, Faculté des sciences et de génie (génie mécanique)

Évaluateurs externes :
Goze B. Bénié, directeur, Centre d'application et de recherches en télédétection (CARTEL), Université de Sherbrooke
Denis Parrot, président, VIASAT Géo-Technologie Inc., Montréal
Peter Schuepp, Département des sciences des ressources naturelles, Faculté des sciences de l'agriculture et de l'environnement, Université McGill (Campus Macdonald)

Évaluation reçue au Conseil universitaire : octobre 1997

Principaux éléments du bilan

Réputation très affirmée des programmes
Activités innovatrices des professeurs; recherche régulièrement financée et bien diffusée au Québec et en Europe
Dynamisme du Centre de recherche en géomatique et cadre intellectuel très stimulant
Qualité des infrastructures technologiques sans équivalent au Canada
Satisfaction générale des étudiants quant aux programmes et à leur insertion sur le marché du travail

Grandes lignes du plan d'action du doyen

Examiner les activités d'accueil dans les programmes
Regrouper les domaines de spécialisation dans une approche favorisant la dimension interdisciplinaire
Réduire l'éventail des cours en introduisant des éléments intégrateurs et en recourant à des spécialités connexes
Renouveler la pédagogie
Mettre en place des moyens pour raccourcir la durée des études de maîtrise
Introduire un examen de synthèse au doctorat


FACULTÉ DES LETTRES

PROGRAMMES :
Maîtrise en histoire
Doctorat en histoire

Comité d'évaluation périodique (CEP)
Vincent Lemieux, président du CEP, Faculté des sciences sociales (science politique)
Claude Bouchard, Faculté de médecine (médecine sociale et préventive ­ kynésiologie)
Jean-Marie Gagnon, Faculté des sciences de l'administration (finance et assurance)

Évaluateurs externes
Allan Greer, Department of History, University of Toronto
Dale Miquelon, Department of History, University of Saskatchewan

Évaluation reçue au Conseil universitaire : octobre 1997

Principaux éléments du bilan

Qualité du corps professoral
Admission trop facile aux études supérieures, particulièrement au doctorat et sur une base trop régionale
Importance en nombre des mémoires et des thèses en histoire du Québec et du Canada français
Scolarité de doctorat réduite et programme trop centré sur la thèse

Grandes lignes du plan d'action du doyen

Réviser les programmes de maîtrise et de doctorat pour renforcer, notamment, la scolarité et prévoir un examen de synthèse au doctorat
Resserrer la sélection des candidats à l'admission
Mettre en uvre un plan de recrutement
Établir un plan d'effectifs en lien avec les orientations et les champs de recherche retenus en histoire pour les prochaines années
Examiner la position de l'archivistique par rapport à l'histoire et étudier la pertinence de lui donner plus d'autonomie

PROGRAMMES :
Maîtrise en linguistique
Doctorat en linguistique

Comité d'évaluation périodique (CEP)
André Turmel, président du CEP, Faculté des sciences sociales (sociologie)
Robert Mantha, vice-doyen, Faculté des sciences de l'administration
Nadia Tawbi, Faculté des sciences et de génie (informatique)

Evaluateurs externes
Monique Lemieux, Département de linguistique, Université du Québec à Montréal
Raymond Mougeon, Département d'études françaises, University York, North York

Évaluation reçue au Conseil universitaire : novembre 1998

Principaux éléments du bilan

Compétence scientifique reconnue des professeurs
Recherche bien vivante
Conditions d'admission aux programmes mal articulées
Programmes sans axes d'orientation forts et faisant peu de liens entre les cycles
Scolarité légère, un mémoire de maîtrise trop lourd
Absence de l'exigence d'une deuxième langue, voire d'une troisième
Faible effort de recrutement

Grandes lignes du plan d'action du doyen

Réviser les programmes, notamment en vue de préciser les orientations des programmes de 2e et 3e cycles en linguistique et linguistique française, langues modernes, didactique des langues, traduction et terminologie
Renforcer le mandat du comité de programme pour donner suite aux autres recommandations de sa compétence
Coordonner les différentes instances facultaires et départementales dans le but de clarifier les questions de besoins en ressources et en matériel


FACULTÉ DE MÉDECINE

PROGRAMME :
Diplôme de deuxième cycle en santé au travail

Comité d'évaluation périodique (CEP) :
Jacques De Guise, président du CEP, Faculté des lettres (information et communication)
Jean-Pierre Brun, Faculté des sciences de l'administration (management)
Sylvie Montreuil, Faculté des sciences sociales (relations industrielles)

Évaluateurs externes :
David C.F. Muir, Program in Occupational Health and Environmental medicine, McMaster University, Hamilton
Suzanne Stock, Régie régionale de la santé et des services sociaux, Direction de la santé publique, Santé au travail et environnementale, Montréal

Évaluation reçue au Conseil universitaire : mars 1999

Principaux éléments du bilan

Besoins de formation en ce domaine
Nécessité de mettre à jour le contenu offert en fonction des besoins actuels
Plus grande ouverture interdisciplinaire

Grandes lignes du plan d'action du doyen

Réviser et réouvrir le programme à partir d'objectifs et d'un contenu modifiés pour donner suite aux avis
Promouvoir ce programme dans une perspective interdisciplinaire
Examiner des passerelles possibles avec divers programmes de maîtrise existants
Développer des activités de formation continue

PROGRAMMES :
Maîtrise en sciences de l'activité physique
Doctorat en sciences de l'activité physique
(changement d'appellation au Conseil universitaire d'avril 1999 pour Maîtrise et doctorat en kinésiologie)

Comité d'évaluation périodique (CEP) :
Gaston Godin, président du CEP, Faculté des sciences infirmières
Simon Grondin, Faculté des sciences sociales (psychologie)
Vincent Lemieux, Faculté des sciences sociales (science politique)

Évaluateurs externes :
Keith Hayes, Department physical Medicine & Rehabilitation, The University of Western Ontario, and Director, Research Department, Parkwood Hospital, London
Roy Shephard, Université de Toronto

Évaluation reçue au Conseil universitaire : mars 1999

Principaux éléments du bilan

Excellence des programmes
Force et reconnaissance de la recherche
Ajustements à faire au programme quant à l'examen de doctorat et l'offre de cours
Manque de visibilité des programmes

Grandes lignes du plan d'action du doyen

Changer l'appellation des programmes
Fermer le programme de maîtrise avec essai
Revoir le profil d'accueil des étudiants
Revoir la banque de cours
Recruter à l'étranger
Instaurer un comité de thèse
S'assurer d'un financement pour les étudiants dès leur admission


FACULTÉ DES SCIENCES DE L'AGRICULTURE ET DE L'ALIMENTATION

PROGRAMME :
Maîtrise en économie rurale

Comité d'évaluation périodique (CEP) :
Michel Truchon, président du CEP, Faculté des sciences sociales (économique)
Claude Dubé, Faculté d'aménagement, d'architecture et des arts visuels (aménagement)
Germain Tremblay, Faculté des lettres (géographie)

Évaluateurs externes :
Garth Coffin, Principal, Nova Scotia Agricultural College (Nouvelle-Écosse)
Ellen Goddard, Department of Agricultural Economic and Business, University of Guelph

Évaluation reçue au Conseil universitaire : octobre 1997

Principaux éléments du bilan

Compétence des professeurs
Unicité du programme en Amérique du Nord francophone
Importance de clarifier les orientations et les objectifs du programme
Nécessité de revoir les champs offerts aux étudiants
Durée des études exagérément longue, ce qui sous-entend notamment de resserrer l'encadrement des étudiants
Pertinence éventuelle d'un cheminement avec essai et incitation plus fréquente auprès des étudiants à poursuivre leurs études au doctorat conjoint en économie agro-alimentaire
Publicité trop timide du programme

Grandes lignes du plan d'action du doyen

Revoir le programme :
- mieux définir le champ " vulgarisation ­communication " et ses objectifs
- mettre un accent sur le développement et le commerce interuniversitaires
- développer des cours sur la gestion et l'économie des entreprises alimentaires
- créer un cheminement avec essai
Redéfinir les cours et en réduire le nombre
Promouvoir le programme

PROGRAMMES :
Maîtrise en biologie végétale
Doctorat en biologie végétale

Comité d'évaluation périodique (CEP) :
Jean-Paul Laforest, président du CEP, Faculté des sciences de l'agriculture et de l'alimen-
tation (sciences animales)
Serge Payette, Faculté des sciences et de génie (biologie)
Marius Pineau, Faculté de foresterie et de géomatique (sciences du bois et de la forêt)

Évaluateurs externes :
Pierre J. Charest, Ministère des ressources naturelles, Service canadien des forêts, Direction des sciences, Ottawa
Louise O'Donoughue, Senior Research Scientist, Cereal Molecular Mapping Unit, DNA LandMarks Inc., Saint-Jean-sur-Richelieu

Évaluation reçue au Conseil universitaire : décembre 1997

Principaux éléments du bilan

Qualité de l'encadrement scientifique, technique et administrative
Qualité des infrastructures de recherche
Contenu et qualité des programmes
Préparation insuffisante des étudiants au marché du travail
Durée trop longue des études
Certains cours rarement offerts

Grandes lignes du plan d'action du doyen

Réviser les programmes et les banques de cours
Planifier adéquatement le plan stratégique d'évolution des effectifs professoraux
Intensifier la formation professionnelle, notamment par la mise en place de stages en milieu de travail
Développer le diplôme en productions végétales durables
Maintenir la qualité des infrastructures technologiques

PROGRAMMES :
Maîtrise en sols
Doctorat en sols

Comité d'évaluation périodique (CEP) :
Louis Bernier, président du CEP, Faculté de foresterie et de géomatique (sciences du bois et de la forêt, Pavillon Eugène-Marchand)
Claude Camiré, Faculté de foresterie et de géomatique (sciences du bois et de la forêt, Pavillon Abitibi-Price)
Pierre-André Dubé, Faculté des sciences de l'agriculture et de l'alimentation (phytologie)

Évaluateurs externes :
Beverly D. Kay, Départment of Land Resource Science, Université of Guelph
Angus F. Mackenzie, Department of Natural Resource Sciences, Faculty of Agricultural and Environnemental Sciences, McGill University (Macdonald Campus)

Évaluation reçue au Conseil universitaire : décembre 1997

Principaux éléments du bilan

Compétence du personnel enseignant et administratif
Recrutement efficace, forte diplomation et bon rendement en matière de placement des finissants sur le marché du travail
Contenu et qualité des programmes
Approche environnementale trop timide
Durée trop longue des études et peu d'encouragement à passer directement de la maîtrise au doctorat
Manque de lien entre les étudiants et le milieu de travail

Grandes lignes du plan d'action du doyen

Planifier adéquatement le plan stratégique d'évolution des effectifs professoraux
Maintenir la qualité des infrastructures technologiques
Réviser les programmes pour mettre en évidence, entre autres, les aspects environnementaux et le concept de développement agroalimentaire durable
Accentuer la formation professionnelle par la mise en place, entre autres, de stages en entreprises


FACULTÉ DES SCIENCES ET DE GÉNIE

PROGRAMMES :
Maîtrise interuniversitaire en sciences de la terre
Doctorat interuniversitaire en sciences de la terre

Comité d'évaluation périodique (CEP) :
Pour l'INRS :
Jacques-E. Desnoyers, président du CEP, INRS-Énergie et Matériaux, Varennes
Bernard Long, INRS-Océanologie, Rimouski
Pour l'Université Laval :
Claude Duguay, Faculté des lettres (géographie)
Keith Thomson, Faculté de foresterie et de géomatique (sciences géomatiques)

Évaluateurs externes :
Maurice B. Dusseault, Chair, Geological Engineering Program, Director, Porous Media Research Institute, Department of Earth Sciences, University of Waterloo
Benoit Beauchamp, Ressources naturelles Canada, Commission géologique du Canada, Calgary

Évaluation reçue au Conseil universitaire : juin 1998

Principaux éléments du bilan

Association Laval-INRS (Géoressources)
Équipements modernes
Place laissée aux sciences de l'environnement
Documentation mise à la disposition des étudiants
Haute satisfaction des diplômés et des entreprises
Manque de visibilité des programmes
Souhait d'une meilleure harmonisation entre les modes de gestion des partenaires et entre les programmes et le marché du travail

Grandes lignes du plan d'action du doyen

Définir clairement les deux grands axes de formation : " géodynamique et ressources " et " géoingénierie et environnement "
Améliorer l'arrimage entre Université Laval-INRS (Géoressources) et le marché du travail
Accroître la visibilité des programmes et de leur rayonnement
Rééquilibrer les tâches de part et d'autre des institutions partenaires
Organiser un mini-symposium interne pour favoriser les échanges et les vues sur le développement des orientations de la formation offerte


FACULTÉ DES SCIENCES SOCIALES

PROGRAMMES :
Maîtrise en analyse des politiques

Comité d'évaluation périodique (CEP) :
Jean-Louis Gendron, président du CEP, Faculté des sciences sociales (service social)
Claire Dolan, Faculté des lettres (histoire)
Robert St-Louis, Faculté des sciences de l'agriculture et de l'alimentation (économie agro-alimentaire et sciences de la consommation)

Évaluateurs externes :
Luc Bernier, École d'administration publique (ENAP), Montréal
Reeta Chowdhari Tremblay, Department of Political Science, Concordia University

Évaluation reçue au Conseil universitaire : décembre 1997

Principaux éléments du bilan

Caractère multidisciplinaire du programme
Lien entre l'enseignement et la recherche
Faible degré d'attraction du programme et son peu de visibilité
Recoupement du programme avec l'option " politique publique " de la maîtrise en science politique
Faible diplomation

Grandes lignes du plan d'action de la doyenne

Réviser le programme pour en préciser le créneau et le contenu
Viser des clientèles particulières
Renforcer l'encadrement des étudiants
Améliorer le fonctionnement administratif du programme

PROGRAMMES :
Baccalauréat en sociologie
Baccalauréat avec majeure en sociologie
Mineure ou certificat en sociologie
Maîtrise en sociologie
Doctorat en sociologie

Comité d'évaluation périodique (CEP) :
Roger Chamberland, président du CEP, Faculté des lettres (littératures)
Michel Beauchamp, Faculté des lettres (information et communication)
Jean-Guy Belley, Faculté de droit

Évaluateurs externes :
Raymond Breton, Department of Sociology, University of Toronto
Roger Gould, Department of Sociology, University of Chicago

Évaluation reçue au Conseil universitaire : mars 1998

Principaux éléments du bilan

Au 1er cycle
Qualité de l'enseignement
Cohérence et équilibre des programmes
Lien fait entre la théorie et la pratique
Ouverture aux autres disciplines
Écart entre la formation offerte à l'Université et la réalité du marché du travail
Faible diplomation

Aux 2e et 3e cycles
Diversité de la formation offerte
Nombre d'étudiants de l'extérieur
Nombre remarquable du publications des professeurs
Durée trop longue des études
Exigences du mémoire
Intégration insuffisante des étudiants aux projets de recherche des professeurs
Manque d'appui financier aux étudiants
Examen de synthèse trop étroit

Grandes lignes du plan d'action de la doyenne

Au 1er cycle
Établir des mesures de recrutement
Prévoir des passerelles entre certains programmes d'enseignement collégial technique et les programmes universitaires de sociologie
Favoriser les échanges entre professeurs d'université et de collèges
Améliorer les moyens de rétention des étudiants en revoyant leurs itinéraires de formation
Renforcer l'encadrement des étudiants

Aux 2e et 3e cycles
Revoir le contenu des programmes à la lumière des besoins de la société et du marché du travail
Examiner les cheminements d'études pour tenir compte des profils des étudiants
Renforcer les mesures d'accueil et d'intégration des étudiants étrangers
Redéfinir les objectifs et les modalités de l'examen de synthèse
Déterminer la capacité d'accueil en tenant compte des ressources professorales disponibles
Établir des collaborations interdépartementales et interfacultaires entre les professeurs ayant une formation en sociologie ou dans des disciplines connexes
Clarifier et resserrer les exigences d'admission
Mettre en place des moyens ou des incitatifs qui favorisent une plus grande intégration des étudiants dans les travaux de recherche des professeurs
Identifier des mesures systématiques d'encadrement des étudiants
Revoir les exigences du mémoire
Trouver des sources de financement pour les étudiants

 

PROGRAMME :
Certificat en service social

Comité d'évaluation périodique (CEP) :
Laurent Côté, président du CEP, Faculté de théologie et de sciences religieuses
Charles-A. Carrier, Faculté des sciences sociales (économique)
Louise Lafrance, Faculté de médecine (anatomie et physiologie)

Évaluateurs externes :
Jean-Pierre Deslauriers, École de service social, Université du Québec à Hull
Alice Guérette-Breau, École de travail social, Centre universitaire de Moncton, Université de Moncton

Évaluation reçue au Conseil universitaire : octobre 1998

 

Principaux éléments du bilan

Pertinence du programme
Importante clientèle de plus en plus diversifiée du programme
Nécessité d'énoncer la double mission du programme : être pour certains étudiants un programme terminal et, pour d'autres, permettre le passage en deuxième année du baccalauréat en service social
Frustration de certains étudiants quant à la formule des cours intensifs

 

Grandes lignes du plan d'action de la doyenne

Mettre à jour la formulation de la mission, des objectifs généraux, du régime pédagogique et améliorer l'arrimage entre les cours et les objectifs de formation, en tenant compte des deux types de clientèles inscrites au programme
Examiner la formule des sessions intensives et faire les ajustements requis, le cas échéant
Mettre en place des mesures pour faciliter le passage des étudiants au programme de baccalauréat
Explorer les modalités d'arrimage avec les programmes professionnels de niveau collégial en tenant compte des travaux en cours au ministère de l'Éducation du Québec et de ceux de l'Ordre professionnel des travailleurs sociaux du Québec
Examiner la possibilité d'autres formules : microprogrammes, hors campus, etc.

 

FACULTÉ DE THÉOLOGIE ET DE SCIENCES RELIGIEUSES

PROGRAMMES :
Certificat (mineure) en sciences humaines de la religion (modifié par certificat (mineure) en sciences des religions en novembre 1997 par le Conseil universitaire)
Maîtrise en sciences humaines de la religion (modifié par maîtrise en sciences humaines des religions en juin 1998 par le Conseil universitaire)

Comité d'évaluation périodique (CEP) :
Patrice Garant, président du CEP, Faculté de droit
Lucien Finette, Faculté des lettres (littératures)
André Ségal, Faculté des lettres (histoire)

Évaluateurs externes :
Michel Despland, Department of Religious Studies, Concordia University
Jean-Marc Larouche, Faculté de théologie, Université Saint-Paul (Ottawa)

Évaluation reçue au Conseil universitaire : octobre 1997

 

Principaux éléments du bilan

Certificat (mineure)
Pertinence sociale et institutionnelle du programme
Compétence des professeurs
Ressources documentaires disponibles
Manque de visibilité du programme
Faible encadrement pédagogique et administratif
Nécessité d'enrichir l'orientation et les objectifs du programme pour répondre à certaines dimensions peu considérées

Maîtrise
Pertinence de réouvrir un programme de maîtrise révisé, pluridisciplinaire et interdisciplinaire
Utilité d'intégrer des représentants de disciplines connexes dans le comité de programme
Nécessité de revoir l'organisation administrative du programme

 

Grandes lignes du plan d'action du doyen

Certificat (mineure)
Donner suite aux recommandations du Comité d'évaluation périodique quant à l'orientation, à la formulation des objectifs du programme et de son contenu
Accorder une attention particulière aux recommandations touchant la spécificité et la visibilité du programme, l'encadrement pédagogique offert aux étudiants et son administration
Changer l'appellation du programme

Maîtrise
Procéder à la révision du programme dans le sens des recommandations du Comité d'évaluation périodique en veillant à conserver son caractère pluridisciplinaire et interdisciplinaire, tout en faisant une place plus importante à l'histoire des religions
Conserver au programme son orientation de recherche à titre de cheminement principal, sans exclure la possibilité de cheminements occasionnels axés sur les cours (approfondissement) ou sur les stages (intervention)
Améliorer l'administration du programme et sa publicité
Examiner l'opportunité de changer l'appellation du programme

PROGRAMME :
Doctorat en théologie

Comité d'évaluation périodique (CEP) :
Jacques Mathieu, président du CEP, Faculté des lettres (histoire)
Raymond Ringuette, président du Comité d'évaluation de la faculté, doyen de la Faculté de musique
Michel Beaudoin, Faculté de foresterie et de géomatique (sciences du bois et de la forêt)

Évaluateurs externes :
Maurice Boutin, Faculty of Religious Studies, McGill University
Jean-Marc Laporte, Toronto School of Theology, University of Toronto

Évaluation reçue au Conseil universitaire : décembre 1998

Principaux éléments du bilan

Compétences de Laval reconnues dans le domaine
Fonctionnement à revoir des comités de thèse
Fonctionnement à revoir du Comité d'admission et de supervision
Meilleure identification des champs de recherche et des spécialisations de l'Université Laval
Clarification des champs de théologie et des sciences religieuses
Revue des cours offerts, notamment en fonction de l'introduction d'un examen de doctorat
Augmentation du nombre d'étudiants inscrits et de diplômés

Grandes lignes du plan d'action du doyen

Réviser le programme en associant des professeurs de l'Université de Sherbrooke et de Trois-Rivières, notamment pour renforcer la scolarité, instaurer un examen de synthèse et faire plus de place à l'apprentissage des langues
Améliorer les modalités d'encadrement des étudiants
Identifier et préciser les champs de recherche et, par la même occasion, les habilitations des professeurs
Examiner les possibilités de doctorat conjoint avec d'autres universités
Améliorer le fonctionnement interinstitutionnel dans le cadre des ententes actuelles avec l'Université de Sherbrooke et l'Université du Québec à Trois-Rivières
Exercer un recrutement international
Consolider le programme en extension à l'Université de Sherbrooke