2 septembre 1999

824 000$ au concours FCAR-équipement

Les chercheurs de Laval obtiennent un taux de succès de 95 % au premier concours "Équipement" du Fonds FCAR

L'Université vient d'obtenir 824 000 $ en subventions au premier concours "Équipement" du Fonds FCAR (formation des chercheurs et aide à la recherche). Il s'agit là d'une performance difficile à égaler puisque 19 des 20 demandes acheminées au FCAR par les chercheurs de Laval ont obtenu une réponse affirmative.

Les chercheurs raflent 19 des 46 subventions versées par le FCAR lors de ce premier concours. Quatorze de ces 19 projets proviennent de la Faculté des sciences et de génie; les cinq autres se répartissent entre les facultés des Sciences de l'agriculture et de l'alimentation (3), de Médecine (1) et de Foresterie et géomatique (1).

Le programme "Équipement" a pour but premier de permettre l'achat de nouveaux appareils scientifiques par des chercheurs déjà financés par le FCAR afin d'assurer la réalisation de leurs activités de recherche. Il permet également d'exercer un effet de levier pour l'acquisition d'appareils scientifiques en favorisant l'obtention de financement auprès d'autres organismes subventionnaires. Pour les appareils de 50 000 $ et plus, le FCAR limite sa participation à 25 % à 40 % du coût total. Ainsi, les 824 000 $ versés par le FCAR serviront à l'achat d'équipement dont la valeur totale atteindra 2,6 millions de dollars.

Les demandes acheminées à ce programme sont analysées et cotées par un comité multidisciplinaire en fonction de la pertinence de l'équipement demandé pour la réalisation des activités de recherche, de la disponibilité d'appareils semblables à l'université ou dans la région, de l'effet structurant de l'équipement demandé et de l'importance de cet équipement pour l'établissement de nouveaux chercheurs.

Le montant maximal accordé dans le cadre de ce programme est de 75 000 $. Trois chercheurs de Laval ont obtenu la subvention maximale cette année. Il s'agit de Mostapha Mosto Bousmina, du Département de génie chimique et de Robert Chênevert et Robert Émery Prud'homme, tous deux du Département de chimie.

JEAN HAMANN