2 septembre 1999

Elles chantent Barbara

Pour rendre hommage à "la tulipe noire", cinq chanteuses s'unissent dans un spectacle où pèse l'insoutenable légèreté de l'être

"Je suis une femme qui vit, qui respire, qui aime, qui souffre, qui donne, qui reçoit et qui chante", disait Barbara, dans une volonté probable de démystifier le personnage d'intellectuelle habillée de noir et de désespérée chronique qui lui collait à la peau. C'est cette femme habitée par l'amour et la passion - mais terriblement lucide - que cinq chanteuses de tout coeur et de tous âges feront revivre, les 10 et 11 septembre, à 20 h, au Théâtre du Petit Champlain/Maison de la Chanson, lors du spectacle intitulé Elles chantent Barbara.

Une histoire d'amour
"L'idée de monter le spectacle m'est venue il y a deux ans, explique l'initiatrice du projet, Micheline Bouzigon. J'avais demandé à des gens de mon entourage de me parler de la musique qu'ils écoutaient lorsqu'ils vivaient une peine d'amour. Dans la liste, figuraient Ne me quitte pas de Jacques Brel, Avec le temps de Léo Ferré et aussi La solitude de Barbara. De fil en aiguille, j'ai contacté des chanteuses dont je savais qu'elles aimaient et qu'elles interprétaient Barbara, que j'ai moi-même toujours admirée. Et puis voilà."

Présenté en novembre dernier, ce spectacle dédié à "la longue dame brune de la chanson française", morte en plein vol, en 1997, a recueilli les éloges du public et de la critique. Devant le succès remporté, les chanteuses ont donc décidé de reprendre l'expérience, pour seulement deux soirs à Québec. D'autre part, elles chanteront Barbara, les 17 et 18 septembre, au Cabaret du Saint-Sulpice, à Montréal, mettant ainsi un point final à ce tour de chant qui aura eu lieu 32 ans après la première venue de la ténébreuse artiste en nos murs.

Il pleut sur Nantes
Le choix des chansons au programme - une vingtaine environ - s'est effectué de concert avec les interprètes, qui ont harmonisé leurs préférences avec bonheur et souplesse, révèle Micheline Bouzigon, également interprète dans le spectacle. Miroirs de l'âme par excellence, les paroles et la musique révèlent une sensibilité à fleur de peau au temps qui fuit, à la solitude et à la mort. Dans Nantes, par exemple, Barbara raconte la mort de son père et parle de la distance qui les séparait, ainsi que du temps qui lui a manqué pour qu'elle puisse l'accompagner "à l'heure de sa dernière heure". "Bien qu'elle soit considérée comme une artiste sombre et mystérieuse, Barbara était pourtant toujours résolument du côté de la vie", relate Micheline Bouzigon. En témoignent plusieurs chansons donc Attendez que ma joie revienne, où une femme parle du mal d'aimer et de la nécessité de faire le vide avant de se jeter à corps perdu dans une nouvelle histoire d'amour."

Trois diplômées de Laval
Les cinq chanteuses qui uniront leurs voix et leur talent en hommage à Barbara n'en sont pas à leurs premières armes sur scène. Trois d'entre elles sont d'ailleurs diplômées de la Faculté de musique l'Université Laval. Comédienne de formation, faisant partie de la relève de la chanson québécoise, Paule-Andrée Cassidy a participé à des événements d'envergure tels que Le Printemps du Québec à Paris, Les FrancoFolies de Spa (Belgique), Les Coups de coeur francophones, de même qu'à la dernière édition des Francofolies de Montréal. De son côté, Nathalie Magnan a notamment fait partie du choeur de l'Orchestre symphonique de Québec et de la troupe du Théâtre Lyrique du Nord. Au fil des ans, ce soprano a exploré divers répertoires, des grands classiques de jazz en passant par l'opérette, le blues et la chanson française. Monique Proulx, elle, a d'abord été accompagnatrice (piano) avant de monter son propre tour de chant et de produire un album (Dans mon piano). Passionnée par les mots et la musique, elle interprète de façon toute personnelle Jeanne Moreau, Juliette Gréco et, bien sûr, Barbara.

Autre membre de ce talentueux quintette vocal: Marie-Thérèse Fortin, directrice artistique du Trident, comédienne et metteure en scène, qui a d'ailleurs mérité, en 1998, le Prix d'excellence des arts et de la culture de la Ville de Québec pour la meilleure mise en scène. Son intérêt pour Barbara ne date pas d'aujourd'hui puisqu'elle a déjà consacré un spectacle à l'auteure de L'aigle noir, en 1987. Enfin, Micheline Bouzigon a fait une brillante carrière en communication avant de renouer avec sa passion pour le jazz, le blues et la chanson française, qui l'a conduite à chanter dans plusieurs théâtres et cafés de la région de Québec. En compagnie du peintre Benoît Simard, elle présentait, l'an dernier, le spectacle-vernissage Barbara à tout jamais, qui réunissait 18 chansons ayant inspiré les tableaux de l'artiste. Trois talentueux musiciens complètent l'équipe. Il s'agit d'Étienne Lafrance, Yves Randon et Yves Léveillé, auxquels s'est jointe Monique Proulx, qui est aussi pianiste.

"La force de l'écriture de Barbara réside dans son élégance, sa dignité et son authenticité, souligne Micheline Bouzigon. Le mot y est toujours juste, l'émotion contenue, d'autant plus intense qu'elle provient de l'intérieur. Chose certaine, cette grande artiste a encore et toujours des choses à nous dire; elle était tellement proche de la vie et de la vérité."

Les billets sont en vente au coût de 18 $ (frais de service en sus) dans le réseau Billetech et au Théâtre du Petit-Champlain/Maison de la Chanson Pour information: 692-2631.

RENÉE LAROCHELLE