23 juin 1999

La Société royale du Canada honore Nabil Khoury, Rodolphe De Koninck et Georges Pelletier

Le professeur titulaire et ancien doyen - de 1992 à 1996 - de la Faculté des sciences de l'administration, Nabil Khoury, vient d`être élu membre de la Société Royale du Canada. Principal organisme national regroupant d'éminents scientifiques, chercheurs et gens de lettres, la Société Royale du Canada est composée de 1 500 membres recrutés à travers tout le pays et choisis par leurs pairs pour leurs réalisations éminentes dans le domaine des arts et des sciences. Pionnier reconnu des études théoriques et empiriques en économie financière au Québec et au Canada, Nabil Khoury exerce un leadership académique et scientifique reconnu au Canada et ailleurs dans le monde. Ses travaux sur les marchés financiers ont contribué à une meilleure compréhension des marchés canadiens et ont eu des échos incontournables dans la pratique. Ses contributions scientifiques ont été couronnées par plusieurs prix académiques prestigieux dont le prix de l'Association des sciences administratives du Canada (1994), le prix de l'Academy of Business Administration (1995), le prix de l'Association canadienne française pour l'avancement des sciences (1977) et le prix François-Albert Angers (1997).

La Société Royale a par ailleurs annoncé qu'elle décernera la médaille Innis-Guérin, attribuée à une personne dont l'oeuvre constitue un apport éminent et soutenu aux écrits en sciences sociales, dont la géographie humaine et la psychologie, à Rodolphe De Koninck, auteur d'une oeuvre considérable, se caractérisant par sa valeur universelle. Il a d'abord fait sa marque en publiant, en 1970, une étonnante étude sur les Cent-Îles du lac Saint-Pierre. Puis, et sans interruption depuis, il n'a cessé de signer de remarquables travaux issus des vastes campagnes de recherche qu'il a menées auprès de paysans asiatiques. D'abord malaysiennes et indonésiennes, ses, recherches ont par la suite été élargies à la Chine, puis au Vietnam. À partir d'enquêtes minutieuses, toujours conduites auprès de paysans, notamment riziculteurs, il a développé un ensemble d'interprétations concernant la nature des relations qui lient les paysanneries aux États dans la gestion du territoire. Sur cette question centrale, d'essence d'abord géographique, mais aussi au coeur de l'histoire et de l'actualité, et qu'il a su élargir au plan théorique, ses publications,fort nombreuses, sont devenues incontournables. Elles paraissent dans plusieurs langues et plusieurs pays. Il est aussi très actif sur le front didactique, comme en témoigne son enseignement sur Le Monde à la carte, qui fait l'objet d'une diffusion télévisuelle internationale, à l'échelle de l'ensemble de la francophonie.

La médaille McLaughlin, attribuée en reconnaissance d'une importante activité de recherche d'une constante excellence dans tout domaine des sciences médicales, sera décernée cette année à Georges Pelletier, du Département de physiologie de la Faculté de médecine, membre du Groupe d'endocrinologie moléculaire depuis 1973. Au début des années soixante-dix, Georges Pelletier fut à l'avant-garde du développement des techniques immunocytochimiques à haute résolution (au microscope électronique) ainsi que de leur utilisation en neuroendocrinologie. Il fut le premier chercheur à offrir une description au niveau ultrastructurel de la localisation fine des neuropeptides dans les neurones du système nerveux central. Il a largement concentré ses travaux sur l'explication des interactions neuronales complexes associées à la régulation des hormones pituitaires et périphériques, et il est mondialement reconnu comme l'un des chefs de file non seulement de la neuroendocrinologie, mais également du domaine général de la neurobiologie des peptides. La majorité de ses publications se retrouvent d'ailleurs dans des journaux scientifiques spécialisés en endocrinologie ou en neurobiologie. Georges Pelletier est un homme de science extrêmement prolifique qui compte à son actif plus de 440 monographies scientifiques publiées dans des journaux de premier plan et plus de 441 communications présentées à des réunions nationales et internationales.