23 juin 1999

Au pays des Skyrmions


Yves Gouverneur décroche son diplôme de maîtrise en physique à l'âge de 22 ans!

La valeur n'attend pas le nombre des années. Yves Gouverneur est l'exemple vivant de ce qu'affirme l'adage: à 22 ans, il est le plus jeune diplômé de la promotion 1998-1999 de la Faculté des études supérieures.

Ce Belge d'origine à commencé ses études de maîtrise à Laval à la session d'automne 1997 pour les terminer deux ans plus tard. Son mémoire, rédigé sous la direction du professeur Luc Marleau, du Département de physique, s'intitulait: Phase de Berry et quantification de Skyrmions. "Ce sujet m'a intéressé parce qu'il fait intervenir plusieurs domaines de la physique et des mathématiques qui s'entremêlent, comme la topologie (fibrés, holomie, homotopie, etc.), la géométrie (transport parallèle, courbure, etc.), et la physique (chromodynamique quantique, solitons, anomalie, etc.), a-t-il expliqué au Fil lors d'une entrevue réalisée via Internet.

Lorsqu'on lui parle du cheminement scolaire exceptionnel qui lui a fait obtenir son diplôme de maîtrise de l'Université Laval à une période si hâtive dans sa vie, le jeune homme s'empresse de tempérer: "Je ne crois pas avoir eu un "cheminement scolaire exceptionnel". Je crois plutôt avoir eu beaucoup de chance d'avoir toujours été encouragé, d'avoir des amis sincères, et d'avoir de la passion pour ce que je faisais."

Histoire d'amour
Yves a entrepris ses études universitaires en physique aux Facultés universitaires (FUNDP) à Namur. Pour sa première licence, il a ensuite opté pour l'Université catholique de Louvain-La-Neuve, où le choix de cours en physique théorique et mathématique était plus abondant, selon lui. Plusieurs facteurs sont intervenus, indique-t-il pour expliquer l'attrait irrésistible que la physique théorique exerce sur lui. "Il y a cette envie folle de tout comprendre, de tout expliquer cette fascination des étoiles, de l'univers, de scientifiques tels que Einstein. Il y a aussi l'étonnement face à l'immensité de ce que la physique parcourt, du plus petit au plus grand. La physique est pour moi le plus beau des domaines, mais la biologie, la philosophie et la poésie m'attirent beaucoup aussi."

Une fois franchie l'étape de la licence, Yves Gouverneur plie bagages en direction de l'Université Laval afin d'y poursuivre ses études auprès de "sa" Catherine, Catherine Villeneuve, qu'il a rencontrée quelques années auparavant en République démocratique du Congo, et qui est aujourd'hui sa femme. De son séjour à Laval Yves Gouverneur retient, entre autres, la très grande disponibilité et l'affabilité de son directeur de mémoire, Luc Marleau, et un système "en sessions" beaucoup plus "humain" que celui en vigueur en Belgique, divisé "en années".

Apprendre et aider
Yves et Catherine vivent actuellement à Auderghem (Bruxelles). Yves est inscrit à l'Université libre de Bruxelles, au Diplôme d'études approfondies (DEA), un programme de 3e cycle qui se déroule en un an. Ses travaux portent notamment sur la théorie des cordes bosoniques et, en physique stochastique, sur la diffusion anomale et l'intégration fractionnaire.

Sa vie après ses études universitaires? "J'aime tellement apprendre et aider les gens à comprendre! Mon rêve serait de devenir professeur d'université et de faire de la recherche en théorie des cordes. J'ai d'autres projets aussi. Un qui me tient particulièrement à coeur, c'est de partir dans un pays "en voie de développement" pour y aider les gens. On peut faire tellement là-bas où même l'essentiel manque."


GABRIEL CÔTÉ