10 juin 1999

Nombre record de diplômés au doctorat


Quelque 5 000 personnes ont assisté aux trois premières collations des grades, les 5 et 6 juin

L'Université Laval a diplômé 245 étudiants et étudiantes de 3e cycle en 1998-1999, ce qui représente un nouveau sommet dans l'histoire de l'Université. La précédente "marque" avait été établie en 1996 alors que la cohorte de diplômés et de diplômées au doctorat s'était chiffrée à 226.

C'est ce qu'a révélé Dinh N. Nguyên, doyen de la Faculté des études supérieures, à l'occasion des trois premières collations des grades des trois cycles qui se sont tenues dans le stade couvert du PEPS, les samedi 5 et dimanche 6 juin. "Ceci confirme de nouveau la place que l'Université Laval occupe parmi les meilleures universités de recherche au Canada et dans le monde. Ce résultat n'est pas le fruit du hasard, mais bien celui d'un effort collectif", a commenté Dinh N. Nguyên.

Le doyen Nguyên a souligné par ailleurs que la promotion de cette année comptait pour la première fois, depuis la création de la Faculté des études supérieures (auparavant dénommée École des gradués) il y a 59 ans, 55 % de femmes diplômées aux cycles supérieurs. Signalons que l'Université Laval aura délivré quelque 7 200 diplômes en 1998, soit environ 5 500 de 1er cycle (baccalauréat), 1 462 de 2e cycle (maîtrise) et 245 de 3e cycle (doctorat).

Trousse de survie
Les trois collations des grades ont attiré plus de 5 000 personnes la fin de semaine dernière. Les cérémonies traditionnelles ont en effet suscité la participation de quelque 1 100 étudiantes et étudiants accompagnés des parents, conjoints, enfants ou amis, auxquels il faut ajouter professeurs et professeures, et invités spéciaux.

L'ultime fête soulignant la fin de l'aventure universitaire ou, pour certains et certaines, de l'un de ses épisodes, s'est mise en branle chaque fois sur les premières mesures du Pomp and Circumstance d'Edward Elgar, tiré du premier et tout nouveau disque compact de l'Orchestre d'harmonie de la Faculté de musique.

Chacun des débuts de rencontre a été le moment choisi par le recteur François Tavenas pour louer la détermination, la créativité et le courage même dont ont fait preuve les étudiants et les étudiantes qui ont réussi à mener à terme leur projet. "Vous recevez aujourd'hui bien plus qu'un diplôme: au-delà des connaissances et des compétences acquises, c'est une véritable trousse de survie que vous possédez maintenant pour faire face au défi d'une vie professionnelle dynamique", leur a-t-il lancé.

La santé dans notre assiette
C'est avec le secteur des sciences de la santé qu'a débuté la série des collations, le samedi 5 juin à 15 h. Des diplômes ont été remis aux finissants et aux finissantes des trois cycles de la Faculté de médecine, de la Faculté de médecine dentaire, de la Faculté de pharmacie, de la Faculté des sciences infirmières et à ceux et celles de la Faculté des études supérieures. Les professeurs Jacques Gaudreau, de la Faculté de médecine, et Christian Mouton, de la Faculté de médecine dentaire, ont été proclamés "professeur émérite". Steve Lacroix, étudiant au doctorat en physiologie-endocrinologie (absent), a mérité la Médaille d'or du Gouverneur général.

Pierre J. Lefebvre, médecin endocrinologue et directeur du Département de médecine de l'Université de Liège, s'est vu accorder, pour sa part, un doctorat honoris causa. L'éminent universitaire belge a remercié l'Université Laval qui est, selon lui, dans le monde francophone, "le fleuron de notre culture commune en Amérique du Nord, et dans le monde tout court, un bastion de la science et du progrès".

Le nouveau docteur honorifique de l'Université Laval a profité de la tribune qui lui était offerte pour exhorter les diplômés et les diplômées des sciences de la santé à être conscients du problème de l'obésité et à agir chacun dans son domaine pour prévenir le fléau de la suralimentation associée à la sédentarité. "Opposez aux forces puissantes des marchés et du profit les forces de l'intelligence, de la raison et de la persuasion. Qu'il sera beau le troisième millénaire si les avantages merveilleux du monde moderne que vous créerez s'accompagnent d'une prise de conscience des risques qui y sont associés. Construisez le progrès mais n'acceptez pas à la légère la "rançon du progrès"", leur ­a-t-il prescrit.

Géomatique de classe mondiale
Le lendemain, à 10 h 30, c'était au tour des finissants et des finissantes des facultés de Foresterie et de géomatique et de Sciences de l'agriculture et de l'alimentation de recevoir leur parchemin des mains du recteur François Tavenas.

Le moment fort de la séance a été la remise d'un doctorat d'honneur à Michael F. Goodchild. Le géomaticien et directeur du Département de géographie de l'Université de la Californie à Santa Barbara n'a pas caché la très haute considération qu'il éprouve à l'égard du programme de géomatique de l'Université Laval. "Le programme de Laval est unique et exemplaire sous plusieurs aspects. Il a tout pour influencer la géomatique mondiale au cours de la prochaine décennie", a estimé le géomaticien américain.

Jean-Claude Dufour, doyen de la Faculté des sciences de l'agriculture et de l'alimentation, a par ailleurs présenté les récipiendaires des prix d'excellence de sa faculté : François Pothier, professeur au Département des sciences animales, a reçu le prix Paul-Gervais d'excellence en enseignement (voir encadré), tandis que Nicole Benhamou, professeure au Département de phytologie (absente), a eu droit au prix Marcel-Boulet d'excellence en recherche.

En fin d'après-midi, la Faculté des sciences et de génie occupait à son tour le stade couvert du PEPS. La FSG a décerné des prix Summa (voir encadrés) à deux de ses membres à cette occasion: un premier prix à Guy Gendron, professeur au Département de génie civil, et un second à Christian Genest, professeur au Département de mathématiques et de statistique. Véronique Bouchard, étudiante au baccalauréat en actuariat (absente), a, quant à elle, obtenu la Médaille d'argent du Gouverneur général du Canada pour l'excellence de son dossier scolaire. Soulignons que les professeurs Gaston Paradis, de l'École d'actuariat, et Jean-Marie Perron, du Département de biologie, ont été reconnus "professeur émérite".

Prochaine fin de semaine
La série des collations de grades se poursuivra la fin de semaine prochaine. Le stade couvert du PEPS sera alors le théâtre, le samedi 12 juin, de la cérémonie de la Faculté des sciences de l'administration et de la Faculté des études supérieures à 10 h 30, et de celle des facultés de Droit, de Sciences sociales, des Études supérieures et de l'Institut québécois des hautes études internationales à 16 h 30.

Les collations prendront fin le dimanche 13 juin avec la présentation des deux cérémonies auxquelles participeront, en avant-midi, les facultés de Philosophie, de Sciences de l'éducation, de Théologie et de sciences religieuses, des Études supérieures et le Programme de baccalauréat multidisciplinaire, et en après-midi, les facultés d'Aménagement, d'architecture et des arts visuels, de Lettres, de Musique et des Études supérieures.


GABRIEL CÔTÉ