27 mai 1999

Appuis majeurs à la recherche sociale nordique

Des dons de 630 000 $ mettent la Chaire Louis-Edmond Hamelin en orbite

Six partenaires ont annoncé, le 18 mai, en présence de la ministre des Affaires indiennes et du Nord Jane Stewart et du ministre délégué aux Affaires autochtones Guy Chevrette, un soutien financier de 630 000 $ à la Chaire Louis-Edmond-Hamelin en recherche sociale nordique. "Ces dons de collaborateurs de la première heure représentent un coup d'envoi pour cette chaire qui témoigne de l'importance qu'accorde l'Université Laval, depuis un demi-siècle, à la recherche et aux études sur le Nord et les peuples autochtones", a déclaré à cette occasion le vice-recteur au développement, Marc J. Trudel. "Les engagements de ces premiers partenaires, a-t-il poursuivi, serviront de levier auprès d'autres souscripteurs éventuels pour dépasser le million de dollars en dotation d'ici l'automne."

À ce jour, les partenaires de la Chaire Louis-Edmond-Hamelin sont le ministère des Affaires indiennes et du Nord du Canada (250 000 $), Hydro-Québec (225 000 $), le secrétariat aux Affaires autochtones du Québec (50 000 $), le ministère des Ressources naturelles du Québec (50 000 $), le ministère des Régions du Québec (50 000 $) et la Fédération des coopératives du Nouveau-Québec (5 000 $).

Le directeur général adjoint de ce dernier organisme, Yves Michaud, a présenté l'apport significatif de sa Fédération de la façon suivante: "Notre don se veut une reconnaissance de l'apport de l'Université Laval, en particulier du sociologue Jean-Jacques Simard et de ses collègues, à cette partie de la Cité que nous constituons. Cette chaire dédiée à la recherche sociale nordique est essentielle car la connaissance est libératrice de tous les intégrismes politiques et culturels."

"Notre participation à cette chaire marque une collaboration de 40 ans du gouvernement fédéral, de ses ministères et organismes reliés au Nord et aux affaires autochtones, avec l'Université Laval, et en particulier avec le Centre d'études nordiques fondé par Louis-Edmond Hamelin", a signalé de son côté la ministre des Affaires indiennes et du Nord, Jane Stewart.

Des bases pour la recherche
"La Chaire Louis-Edmond-Hamelin permettra de donner une base permanente à la recherche dans le domaine social nordique, et particulièrement dans le domaine des relations entre le développement économique et les transformations sociales", a déclaré le titulaire de la chaire, Gérard Duhaime, professeur au Département d'économie agroalimentaire et des sciences de la consommation et responsable du Groupe d'études inuit et circumpolaires (GÉTIC), auquel la nouvelle chaire est rattachée et dont elle constitue un volet de la programmation scientifique. La chaire s'est fixé comme objectifs, entre autres, d'assurer le développement de la recherche scientifique de haut calibre dans le domaine de la modernisation des régions nordiques et circumpolaires, d'appuyer les études supérieures et la formation de chercheurs et d'affirmer le leadership de l'Université Laval dans la recherche nordique en sciences sociales au Canada et dans le monde. Une partie du programme de recherche favorisera l'intégration d'étudiants autochtones aux équipes de recherche, tant à l'Université que sur le terrain.

La nouvelle chaire porte le nom du professeur émérite de l'Université Laval Louis-Edmond Hamelin, géographe et linguiste qui est le père du concept de "nordicité". Elle suscitera notamment des travaux autour de la banque de données sociales "Métrinord". Cette banque rassemblera des statistiques dispersées dans les nombreux organismes gouvernementaux et aura, grâce à la chaire, un caractère permanent, public et indépendant. "Cela permettra à l'Université de jouer un rôle important dans les débats contemporains en fournissant aux acteurs des données et des analyses à partir desquelles ils pourront discuter", a fait valoir Gérard Duhaime. "Nous comptons sur ces données fiables et non contestables pour discuter avec nos partenaires des enjeux du milieu nordique", a d'ailleurs signalé le représentant d'Hydro Québec, Michel Blais.

Des retombées importantes
La création de la Chaire Louis-Edmond Hamelin s'impose dans le contexte de l'intégration accélérée des zones nordiques au monde contemporain. Les problèmes cruciaux du développement de ces régions sont encore mal connus et les données disponibles restent défaillantes. Les problèmes du Nord apparaissent également sous-documentés du point de vie de l'analyse et de la documentation. La Chaire permettra à l'Université Laval d'attirer les chercheurs les plus compétents dans le domaine, et ces chercheurs instaureront des projets d'envergure afin d'atttirer à leur tour les étudiants les plus doués. Elle aura par ailleurs des retombées considérables pour l'ensemble de la société, puisqu'elle permettra à l'Université de confirmer sa position parmi les institutions désireuses de rendre systématique et permanente la recherche scientifique pour documenter, analyser, interpréter le développement socio-économique du Nord et en infléchir le déroulement.

Le Groupe d'études inuit et circumpolaires (GÉTIC), rassemble des chercheurs universitaires, dont les travaux portent sur les questions autochtones, nordiques et circumpolaires. Il est affilié à la Faculté des sciences sociales de l'Université Laval (Québec, Canada). Il regroupe les chercheurs, professeurs et étudiants des sciences humaines, il favorise les échanges entre les chercheurs de l'Université Laval et du monde et il leur procure des services collectifs. Le GÉTIC publie, en collaboration avec l'Association Inuksiutiit Katimajiit, la revue internationale Études/Inuit/Studies. Il offre aux chercheurs étudiants et post-doctoraux un milieu intellectuel stimulant, l'encadrement de ses chercheurs de haut calibre, des lieux de travail accueillants dans la plus ancienne et la plus grande université francophone d'Amérique du Nord.