29 avril 1999

Ombre et lumière: l'art de Robert Pope


La Faculté de médecine présente une sélection des oeuvres émouvantes de ce peintre et auteur canadien vaincu par le cancer à l'âge de 35 ans

Du 29 avril au 1er mai, le grand hall du pavillon Ferdinand-Vandry est l'hôte d'une troublante exposition. Plus d'une trentaine d'oeuvres, regroupées sous le titre Maladie et Guérison: Images du cancer, l'art de Robert Pope, sont présentées au grand public et, surtout, aux étudiants en médecine et en sciences de la santé, et à tous ceux qui oeuvrent dans le domaine des soins palliatifs. "Les toiles de Robert Pope, décédé à l'âge de 35 ans, en 1992, des complications du traitement qu'il a subi à la suite d'une récidive de son cancer, sont d'une grande beauté et d'une grande sensibilité", explique le docteur Jean Couture, du Département de chirurgie de la Faculté de médecine, responsable de la tenue de cette exposition. "Ces toiles représentent un véritable récit pictural du parcours du combattant: les images traitent de toutes les étapes de la maladie, à partir du diagnostic jusqu'au traitement, en passant par les rémissions et les récidives, les périodes sombres et celles chargées d'espoir. En visitant cette exposition, le grand public et les étudiants ne pourront que mieux comprendre le difficile et parfois long parcours des patients cancéreux, leurs sentiments et leurs états d'âme, de même que ceux des familles qui les accompagnent tout au long de leur maladie. Les oeuvres de Robert Pope nous donnent à voir une grande leçon d'humanisme."

Une rémission pour créer
Né en 1956, à Halifax, d'un père pasteur et d'une mère comptable, Robert Pope a grandi dans différentes villes de la Nouvelle-Écosse et a passé une partie de son adolescence à Windsor, en Ontario. En 1977, il obtient un baccalauréat en sciences et, en 1981, un baccalauréat en arts plastiques. En 1982, alors qu'il n'a que 25 ans, les médecins lui diagnostiquent la maladie de Hodgkins, une forme de cancer. Le jeune peintre subira différents traitements à Halifax et à Toronto et ira de rémissions chargées d'espoir en douloureuses récidives durant une dizaine d'années, jusqu'à sa mort..

C'est au cours d'une période de rémission, et grâce à des bourses du Conseil des arts du Canada qui lui ont été remises en 1989 et 1990, qu'il se consacre entièrement à son projet Illness and Healing, qu'il présente à la Dalhousie Art Gallery, en Nouvelle-Écosse, en 1991. Ce projet consiste à la fois en la présentation d'une série de peintures sur le thème de la maladie et de son traitement, mais également en la publication d'un récit autobiographique relatant toutes les étapes de sa lutte contre son cancer. Témoignages touchants qui évoquent en mots et en images la douleur physique, la souffrance morale et les sentiments d'incertitude, de peur et de solitude qu'ont ressentis Robert Pope et ses proches, mais que subissent également tous les patients atteints d'un cancer. À la mort de l'artiste, un an après la publication du livre, la famille et les amis de Pope ont créé une fondation à son nom afin de remettre son livre à tous les étudiants de première année des facultés de médecine au Canada.

Forte valeur pédagogique
"William Pope, le père de Robert, nous a contactés afin que nous nous occupions de faire traduire le livre pour que les étudiants francophones puissent, eux aussi, bénéficier de cet important témoignage, explique Jean Couture. Depuis deux ans déjà, tous les étudiants de première année de médecine de l'Université de Sherbrooke, de l'Université de Montréal et de l'Université Laval reçoivent le livre Ombre et lumière, images du cancer par Robert Pope, publié en français chez Lancelot Press. Tout comme les responsables de la Fondation Robert-Pope, nous croyons en la grande valeur pédagogique de ce récit et trouvons important que les étudiants en médecine lisent ce livre et prennent connaissance du point de vue des patients au sujet de leur maladie. Les étudiants doivent être conscients de l'importance des valeurs humaines dans le contexte trop souvent froid des soins hospitaliers. Les écrits et les images de Robert Pope apportent une dimension nouvelle au traitement de la maladie et peuvent aider à rendre les futurs médecins plus respectueux et plus aptes à comprendre les besoins, les inquiétudes et les souffrances des patients."

Parallèlement à cette exposition, qui a été rendue possible grâce à la collaboration, entre autres, de la compagnie pharmaceutique Knoll Pharma et de la Maison Michel-Sarrazin, différentes activités ont été organisées pour les étudiants dont, notamment, une conférence sur les soins palliatifs, prononcée par le docteur Louis Dionne, directeur général de la Maison Michel-Sarrazin. À cette occasion, William Pope, le père de l'artiste et écrivain, sera présent pour remettre personnellement la traduction française du livre de son fils à tous les étudiants de première année en médecine qui participeront à la conférence.

On peut visiter cette émouvante exposition, qui a déjà fait le tour de plus d'une vingtaine de villes canadiennes, dans le hall d'entrée du pavillon Ferdinand-Vandry, le 29 avril, de 12 h à 20 h 30, le 30 avril de 8 h 30 à 20 h 30, et le 1er mai de 8 h 30 à 14 h.

JULIE MARCOUX