15 avril 1999

Daniel Oliva: le Système-Prof

Technologue de l'éducation de profession, Daniel Oliva n'en démord pas: l'avenir de l'enseignement - et par là de l'éducation - passe sans contredit par l'intégration en classe des NTIC (Nouvelles Technologies de l'Information et de la Communication). Dans son essai de maîtrise en technologie éducative, Daniel Oliva décrit ainsi les étapes ayant mené à la réalisation du Système-Prof, "une interface professeur pour l'intégration des NTIC en classe". En plus d'avoir valu à son auteur le prix d'excellence pour le meilleur dossier de maîtrise avec essai décerné par la Faculté des sciences de l'éducation pour l'année 1997-1998 ex aequo avec Annie Malo - voir le Fil du 14 janvier - cet essai est également le premier à être déposé à l'Université Laval sous la forme d'un essai virtuel multimédiatisé interactif sur support cédérom. Soulignons encore que l'essai constitue une description du Système-Prof appliqué au SAMI (Système d'Apprentissage Multimédiatisé Interactif) "Les Insectes", sur lequel Daniel Oliva a également collaboré, et dont le "maître d'oeuvre" est Michel Frédérick Gagnon.

Ouverture sur le Web
"Le Système-Prof innove sur plusieurs aspects, fait valoir Daniel Oliva. Il est le premier système conçu de façon systématique pour rendre un SAMI modulable, adaptable et programmable par le professeur, pour l'atteinte d'objectifs pédagogiques. Il est aussi le premier système, accompagnant un SAMI, à prendre en charge la problématique de l'accès aux réseaux (Internet, Intranet), tant pour le professeur que pour l'étudiant."

Destiné aux élèves de 5e année, le SAMI "Les insectes", d'une durée d'une heure, a été mis à l'essai sur une période de deux semaines en octobre 1997, dans une école de la région de Québec. Huit enseignants et enseignantes ont participé à l'évaluation du module. "Essentiellement, les personnes ont insisté sur le fait que le système leur procurait davantage d'autonomie et de souplesse par rapport à du matériel didactique tout fait, explique Daniel Oliva. Venaient ensuite la capacité de modifier le niveau de guidage et celle d'ajouter l'accès au Web, ce dernier moyen leur permettant de renforcer et d'enrichir leur enseignement."

Carences dans la formation
Seule ombre au tableau: la plupart des enseignants n'avaient eu de contact avec l'ordinateur que par le traitement de texte et suivaient à cet effet un programme de formation afin d'apprendre à utiliser le bulletin scolaire informatisé, affirme Daniel Oliva. Diplômée en 1994, la plus jeune enseignante ne possédait ainsi pas plus d'expérience de l'enseignement intégrant les NTIC en classe que ses collègues, sa formation universitaire n'ayant comporté aucun cours sur le sujet. Résultat: dans le cadre de cette recherche, ceux et celles qui n'avaient pas de connaissances en informatique exprimaient ouvertement leurs craintes face à la "machine". L'expérience avec le Système-Prof leur a paru toutefois rassurante et a changé leurs perceptions face à l'ordinateur qui utiliserait une telle interface.

"Les enseignants ont été unanimes à reconnaître les qualités pédagogiques d'une telle approche, constate Daniel Oliva. Ils ont compris également que la machine ne visait pas à remplacer l'humain - en l'occurrence le professeur - mais à l'aider à retrouver son véritable rôle de guide et d'accompagnateur de l'élève. Dans cet ordre d'idées, je trouve déplorable que l'Université ne mette pas davantage l'accent sur l'enseignement et l'intégration des nouvelles technologies de l'information et de la communication dans le domaine de l'éducation."

RENÉE LAROCHELLE