18 mars 1999

Marche pour l'éducation, le 24 mars

Les étudiants de Laval se mobilisent

Comme l'avaient annoncé, le 21 février, la Fédération universitaire du Québec (FEUQ) et la Fédération étudiante collégiale du Québec (FECQ), les étudiants descendront dans la rue à Montréal, à Québec, en Abitibi et au Saguenay­Lac-Saint-Jean, le mercredi 24 mars, plus décidés que jamais à demander au gouvernement Bouchard de réinvestir immédiatement et massivement dans le réseau d'éducation postsecondaire et le système d'aide financière québécois.

"Les étudiants des cégeps et des universités qui pensaient que le budget Landry allait améliorer la situation de leur programme d'études ont été trompés. Ce sont 600 millions de vent que le ministre des Finances nous a soufflés", a dénoncé Simon-Pierre Pouliot, président de la Confédération des associations d'étudiants et d'étudiantes de l'Université Laval (CADEUL), à l'occasion d'une conférence de presse qui avait lieu le 11 mars, à l'agora du pavillon Alphonse-Desjardins.

Des gestes concrets et immédiats
"Nos demandes sont très claires. Nous attendons de nos élus qu'ils prennent leurs reponsabilités et qu'ils donnent au Québec le système d'éducation supérieure qu'il mérite", devait renchérir Stéphan Jacques, président de l'Association des étudiantes et des étudiants de Laval inscrits aux études supérieures (ÆLIÉS). En plus de l'injection de nouvelles sommes d'argent dans le réseau postsecondaire, les étudiants exigent qu'une entente intervienne entre Ottawa et Québec pour le transfert des fonds de la Fondation du millénaire dans le système d'aide financière québécois.

Les revendications étudiantes visent, entre autres, à la conversion des prêts en bourses "afin de réduire concrètement l'endettement étudiant", à l'embauche de professeurs, à l'amélioration des bibliothèques, à l'abolition des frais champignons et de la taxe à l'échec au collégial.

Déroulement de la manifestation
La cité universitaire servira de point de rassemblement, le 24 mars, pour les manifestants de ce "mercredi descendre" provenant de la région de Québec. Ainsi les étudiants des trois cycles de l'Université Laval et ceux de l'Université du Québec à Rimouski (UQÀR), des cégeps de Sainte-Foy, de François-Xavier-Garneau, de Limoilou, de Lévis-Lauzon, du collège Saint.Lawrence, du campus Notre-Dame-de-Foy et du Petit Séminaire de Québec se masseront devant la pavillon de la Faculté des sciences de l'éducation vers 12 h 45. Une demi-heure plus tard, le cortège devrait se mettre en branle en direction du parlement, en empruntant le boulevard René-Lévesque. Les marcheurs devraient se retrouver en face de l'édifice abritant l'Assemblée nationale aux environs de 15 h.

Signalons que la CADEUL tient aujourd'hui même, jeudi 18 mars à 12 h 30, à la salle 1112 du pavillon Adrien-Pouliot, une assemblée générale extraordinaire au cours de laquelle il sera notamment question de l'état de la mobilisation au Québec, des revendications du mouvement étudiant québécois et d'une levée de cours, le 24 mars.

GABRIEL CÔTÉ