18 mars 1999

Lancement du Bureau international de l'Université Laval

En l'an 2004, tous les étudiants de baccalauréat compléteront leurs études avec une formation internationale

En l'an 2004, tous les étudiants de baccalauréat de l'Université Laval compléteront leurs études avec une formation internationale. Cela signifie qu'ils auront une connaissance de l'aspect international de leur discipline, auront une sensibilisation interculturelle et une connaissance d'usage d'une deuxième langue. Plusieurs d'entre eux, soit environ 10 %, auront également bénéficié du programme "Profil international" de mobilité académique. En effet, à l'Université Laval, les séjours d'études à l'étranger ne seront plus laissés à l'initiative de l'étudiant, mais seront intégrés à tous les programmes de formation, pris en charge, organisés et supportés par l'institution.

Tel est le principal défi qu'aura à relever le Bureau international de l'Université Laval, dont le lancement a été souligné aujourd'hui en présence du recteur, François Tavenas, du ministre de l'Environnement et ministre responsable de la région de Québec, Paul Bégin, et de la sous-ministre adjointe au ministère québécois des Affaires internationales, Raymonde Saint-Germain.

Opération "création des profils internationaux"
Pour ce faire, le directeur du Bureau international de l'Université, Gilles Breton, sensibilisera les étudiants et les professeurs à l'importance d'internationaliser les formations académiques de base. De plus, il pilotera dès ce printemps l'opération "création des profils internationaux" auprès des directeurs des programmes afin que d'ici deux ans chaque programme ait adopté son profil international.

L'Université Laval a conçu ce profil international dans une logique d'approche par compétences. Celles-ci ont été identifiées en collaboration des diplômés et des employeurs de la région immédiate de Québec. Elles sont d'ordre linguistique, interculturel, académique et professionnel. À titre d'exemple de compétences internationales citons le multilinguisme fonctionnel à l'oral et à l'écrit, le développement d'une conscience interculturelle, l'acquisition de l'autonomie professionnelle nécessaire à la réalisation de projets à l'étranger, la capacité d'établir les contacts personnels et professionnels ou de s'introduire dans des réseaux internationaux, la connaissance adéquate des forces sectorielles de son milieu d'attache et, enfin, une forte capacité d'analyse et d'adaptabilité à un milieu d'accueil nouveau.

Par ailleurs, le mandat du Bureau international de l'Université Laval touche aussi la recherche, la coopération et le développement ainsi que le recrutement. En recherche il contribuera à hausser la part de financement international dans les activités de recherche. Entre autres, il mettra de l'avant une approche service qui consistera pour l'essentiel à accompagner le professeur-chercheur dans ses démarches d'obtention de financement international.

En matière de coopération et de développement, le Bureau mettra sur pied, d'ici trois ans, un système de gestion et de diffusion de l'information juxtaposé à un service d'accompagnement.

Enfin, en matière de recrutement les actions du Bureau seront arrimées au plan de recrutement institutionnel. Par exemple, le Bureau compte mettre sur pied un programme de financement pour appuyer les actions de mobilité et de recrutement international aux 2e et 3e cycles, à partir des 300 accords cadres déjà signés par l'Université couvrant plus de 50 pays.

Rappelons que l'Université Laval compte actuellement quelque 36 000 étudiants - dont près de 1800 étudiants étrangers - inscrits dans plus de 300 programmes touchant 140 champs d'études.

Membres du groupe de dix plus importantes universités canadiennes en matière de recherche, l'Université Laval a reçu, en 1997-1998, plus de 115 millions de dollars en fonds externes de recherche et de coopération internationale.