4 mars 1999

Allégement de la gestion des études

Un cheminement revu et corrigé

Vaste opération de simplification de la réglementation, de l'admission à la diplomation

Le Conseil universitaire a adopté, à sa séance du mardi 2 mars, le rapport conjoint de la Commission des études et du Conseil de la Faculté des études supérieures portant sur le cheminement de l'étudiant, de l'admission à la diplomation.

Placée sous le signe de l'intégration des dispositions s'appliquant aux étudiants des trois cycles et de la simplification des textes, la proposition de réglementation soumise au CU remet à neuf le cheminement de l'étudiant dans toutes ses composantes (56 articles), de l'admission jusqu'à la diplomation, en passant par l'inscription, l'évaluation des compétences (reconnaissance des acquis et évaluation des apprentissages) et la poursuite des études.

Reformulations et modifications
Les reformulations ont été nombreuses certes, mais le rapport conjoint contient également "quelques modifications de fond". Au chapitre de l'évaluation des compétences, par exemple, la note W sera remplacée par la note E pour sanctionner un abandon avec échec. La proposition visant à faire disparaître aussi la différence entre les notes M (évaluation non complétée par l'enseignant) et Z (délai accordé à l'étudiant) n'a toutefois pas été retenue.

Par ailleurs, le nombre d'échecs dans les cours à option ne sera plus considéré dans les conditions d'exclusion au premier cycle. L'article touchant à l'exclusion d'un programme est cependant assorti d'une nouvelle condition relative à la longueur des études au premier cycle, libellée comme suit:: "Est exclu du programme où il s'est engagé: f) l'étudiant qui ne termine pas un programme menant à un grade de 6, 7, 8 ou 9 trimestres dans les 6, 7, 8 ou 9 années qui suivent sa première inscription à ce programme. Cette disposition exclut les congés de maladie ou de maternité."

Un début
La question du cheminement de l'étudiant constitue en fait un des volets de la vaste opération d'allégement des études que la direction de l'Université a décidé d'entreprendre à la suite de l'adoption du rapport de la Commission d'orientation de l'Université Laval par le Conseil universitaire, le 7 avril 1998, et par le Conseil d'administration, une semaine plus tard. La Commission recommandait, entre autres, que notre établissement "simplifie ses règlements et en diminue le nombre".

La présentation d'un premier document d'allégement aux membres du Conseil universitaire, mardi, est l'aboutissement d'une série de gestes dont l'un des premiers a été la mise sur pied d'un groupe de travail ­ coordonné par Gilles Kirouac, directeur général du premier cycle ­ chargé de proposer une version simplifiée et intégrée des articles des règlements des études actuels ayant trait au cheminement de l'étudiant. Le Règlement du premier cycle, le Règlement des deuxième et troisième cycles, et le Règlement de l'extension de l'enseignement ont fait partie de la dizaine de règlements et de textes complémentaires qui ont ainsi été passés au tamis.

Un comité conjoint élargi, composé de représentants de la Commission des études et du Conseil de la Faculté des études supérieures, a ensuite préparé le document sur l'allégement de la gestion des études qui a fait l'objet d'une consultation au sein de la communauté universitaire, de la mi-novembre 1998 à la fin de janvier 1999. La coordonnatrice de ce comité était Silvia Faitelson-Weiser, présidente de la Commission des études.

Signalons que la Commision des études vient de mettre en branle une autre consultation dans le cadre de l'allégement des études . Celle-ci, qui prendra fin le 31 mars, s'intéressera, cette fois, aux programmes courts et aux activités de formation.

GABRIEL CÔTÉ