4 mars 1999

Coupures budgétaires et réductions de services à la Bibliothèque

Hypothèses de réduction des masses salariales à la Bibliothèque

La Bibliothèque se voit contrainte de réaliser d'importantes coupes dans son budget de masse salariale. Ce n'est pas la première fois qu'une telle mesure vient affecter ce service. Au cours des dernières années, des efforts considérables ont été faits afin de réduire les dépenses ; les masses salariales ont déjà été amputées de plus de 1,5 M $ depuis 2 ans. La Bibliothèque a présenté en novembre un nouveau plan de compressions à moyen terme (horizon de 5 ans), énumérant les conditions qui permettraient d'en assurer la réalisation sans remettre radicalement en cause les services actuellement offerts.

L'obligation de retrancher 300 000 $ du budget de masses salariales dès 1999-2000 vient toutefois modifier quelque peu ces perspectives. Elle force en effet la Bibliothèque à accélérer la réalisation de son plan, sans que les conditions de facilitation soient mises en place. Si, malgré des conséquences diverses, la Bibliothèque a réussi jusqu'à ce jour à préserver l'essentiel des services de base durant l'année académique, ce n'est maintenant plus possible, ce qui signifie qu'elle est forcée d'envisager des réductions de services, voire même l'élimination complète de certains d'entre eux.

Le Comité-conseil de la Bibliothèque, invité à donner des avis sur cette question, déplore les conséquences néfastes de cette mesure. Il croit nécessaire d'informer la communauté universitaire de la situation difficile et juge opportun que les usagers de la Bibliothèque donnent leur avis afin de prendre les décisions qui répondent le mieux aux besoins de la clientèle actuelle.

Huit hypothèses de réduction sont présentées, sans ordre de priorité toutefois; cela devra être établi à la lumière de ce que les usagers jugeront le moins dommageable.

Le texte détaillé des documents signalés ici peut être consulté à l'adresse suivante sur le Web de la Bibliothèque: http://www.bibl.ulaval.ca/info/reductio.html

-----------------------------------------------------------------

Hypothèse 1

Conséquences de la réduction du budget d'acquisitions

La réduction des achats et des abonnements découlant des coupures récentes au budget d'acquisitions a forcément un impact sur la chaîne de travail des services techniques (acquisition, traitement, catalogage, gestion des abonnements)

Toutefois, s'il faut abolir des postes, il faut prévoir par ailleurs qu'ils devront au moins partiellement être restaurés dans l'hypothèse d'un éventuel rétablissement du budget d'acquisitions.

On estime à 150 000 $ les économies qui pourront être réalisées à ce chapitre.

Hypothèse 2

Fermeture de la Bibliothèque les fins de semaine

Impact direct sur les étudiants des trois cycles qui utilisent régulièrement la Bibliothèque les fins de semaine (on note plus de 65 000 entrées les samedi et dimanche durant l'année académique, soit une moyenne de 1 064 par jour). Rappelons que la Bibliothèque est déjà fermée la fin de semaine durant la période estivale, soit de mai à septembre.

L'économie annuelle serait d'environ 123 000 $.

Hypothèse 3

Fermeture de la Bibliothèque lors des congés fériés (Action de grâces, Fête de l'Université, Vendredi et Lundi de Pâques)

Impact important sur les services aux étudiants. Ces journées fériées, qui se situent au milieu ou en fin de trimestre, constituent des moments de fréquentation privilégiés par bon nombre d'étudiants. Les statistiques de fréquentation font état de plus de 8 600 entrées pour ces 4 journées, ce qui, notamment le 8 décembre, représente 80% de la fréquentation d'une journée normale de semaine.

Cette mesure entraînerait des économies de 10 000 $ en temps supplémentaire payé aux employés réguliers.

Hypothèse 4

Réduction des services en début de matinée et en fin de soirée (ouverture de 10 h à 20 h )

Durant l'année académique, la Bibliothèque est ouverte entre 8 h 30 et 23 h du lundi au vendredi. Les périodes les moins achalandées se situent entre 8 h 30 et 10 h le matin et entre 20 h et 23 h en soirée. Malgré tout , quelque 25% des usagers viennent à l'intérieur de ces plages horaires. Durant la période estivale, de mai à septembre, ces services ont déjà été réduits.

Impact direct sur tous les usagers qui fréquentent régulièrement au cours de ces périodes (25% de la fréquentation totale) et difficultés possibles dans l'application de la Convention du SEUL (i.e. modifications à la journée "normale" de travail).

L'économie annuelle serait de l'ordre de 364 000 $.

Hypothèse 5

Réduction des services spécialisés de conseil à la documentation

L'équipe de conseillers à la documentation a été passablement réduite au cours des dernières années. Sept conseillers ont en effet pris leur retraite et n'ont pas été remplacés. Ces départs ont entraîné à chaque fois des redistributions de tâches et de responsabilités disciplinaires au sein de l'équipe en place. Il n'est plus possible d'aller plus loin dans cette voie sans rééquilibrer sur de nouvelles bases l'ensemble de l'équipe considérant davantage la taille des facultés et le seuil minimal à respecter pour assurer un service adéquat.

Selon les options possibles, l'économie annuelle pourrait aller de 30 000 $ à 210 000 $.

Impact direct sur les services spécialisés et personnalisés et sur l'importance accordée jusqu'ici à l'expertise disciplinaire. Les étudiants du 2e et 3e cycle et les professeurs, qui ont le plus recours aux services des conseillers, seraient particulièrement pénalisés. Dans la pire hypothèse, les facultés les plus touchées seraient les suivantes: Droit, Lettres, Musique, Sciences de l'éducation et Sciences sociales.

Hypothèse 6

Intégration de la réserve de la Bibliothèque du 1er cycle avec celle de Droit/Science politique

Une intégration favoriserait une rationalisation des tâches et activités.

Impact direct: cette intégration entraînerait des déplacements internes plus fréquents ­du sous-sol au 2e étage - pour les étudiants du 1er cycle. Elle amènerait aussi, dans les locaux du secteur droit, un contingent important d'étudiants des autres facultés de sciences humaines et sociales, ce qui pourrait engorger ces locaux exclusivement réservés à la consultation sur place de la collection de droit.

Cette hypothèse représente une économie annuelle d'environ 84 000 $.

Hypothèse 7

Transfert du service de location de films/vidéos

En guise de complément à sa collection, la Cinévidéothèque offre un service de location externe de films et de vidéos. D'abord subventionné, ce service a fait l'objet d'une facturation graduelle auprès des usagers en raison du contexte budgétaire des dernières années. Compte tenu de la disparition complète du budget de location de films cette année, les coûts encourus doivent désormais être complètement facturés. La Cinévidéothèque ne sert plus en somme que d'intermédiaire entre les distributeurs et les facultés qui pourraient prendre directement en charge cette activité, en autant qu'on leur assure une période de transition pour assurer le transfert efficace des expertises.

L'impact a une portée différente selon les facultés. Il serait plus important à la Faculté des lettres: l'École des langues vivantes et le Département des littératures (programme de cinéma) étant les plus importants utilisateurs de ce service.

Une économie annuelle d'environ 70 000 $.

Hypothèse 8

Transfert de services spécialisés

Une réduction trop importante des masses salariales pourrait conduire la Bibliothèque à devoir privilégier les services à portée universelle (i.e. utiles à l'ensemble de la communauté) au détriment des services spécialisés, utiles à une partie seulement de la communauté. Ces services pourraient être soustraits du mandat de la Bibliothèque pour être confiés aux unités concernées. Une telle opération de transfert, devrait cependant, si elle était retenue, faire l'objet d'une analyse rigoureuse auprès des Facultés concernées, de manière à bien en analyser les avantages et les inconvénients ainsi que les coûts/bénéfices.

1. La Didacthèque

Impact direct sur les collections et le service qui devraient être repris en charge par la Faculté des sciences de l'éducation qui en assumait la responsabilité il y a à peine quelques années.

Une économie d'environ 55 000 $.

2. La Cartothèque (cartes géographiques et atlas)

Impact direct sur la collection et le service qui devraient être pris en charge conjointement par le département de géographie et la Faculté de foresterie et de géomatique.

Une économie approximative de 85 000 $.

3. L'Audiodiapothèque: disques (musique) et diapositives d'art

Impact direct sur la Diapothèque qui devrait être prise en charge par l'École des arts visuels à l'Édifice de la Fabrique, ce qui pourrait être source de difficultés pour les clientèles du programme d'histoire de l'art de la Faculté des Lettres. L'Audiothèque devrait être prise en charge par la Faculté de musique.

Une économie approximative de 90 000 $.

4. La Cinévidéothèque : films et vidéos

Impact direct sur les collections et le service dont le transfert ne serait pas simple, puisque les films et vidéos sont utilisés, bien qu'en proportions variables, par l'ensemble des facultés.

Une consolidation serait envisageable cependant avec la Bibliothèque Gabrielle-Roy, autre bibliothèque de la région qui possède une infrastructure importante pour le prêt et l'exploitation de ce type de documents. L'éloignement du campus pourrait s'avérer un obstacle majeur, bien que non incontournable.

Une économie pouvant atteindre 300 000 $.

-----------------------------------------------------------------------------------

À la lumière de cette description et des impacts possibles dans votre milieu, nous aimerions recueillir vos réactions sur les hypothèses présentées dans ce plan et ce avant le 15 mars prochain. Veuillez adresser votre courrier au comité-conseil de la Bibliothèque, à l'attention de : Par courrier interne, Claude Bonnelly, directeur de la Bibliothèque, Pavillon J.-C.-BonenfantPar courriel à l'adresse : Claude.Bonnelly@bibl.ulaval.ca