18 février 1999

Conseil d'administration

Création de la corporation Action-Emploi-Université Laval Inc.

À sa réunion d'hier soir, 17 février, le Conseil d'administration de l'Université Laval a décidé d'entériner les démarches accomplies en vue de la création de la corporation Action Emploi - Université Laval Inc. Cette nouvelle corporation aura pour mandat spécifique de développer, structurer et gérer différents projets dont le financement sera assuré par des fonds externes. La nouvelle corporation sera appelée à gérer un premier projet qui doit démarrer au cours de l'année 1999-2000, soit une entreprise d'entraînement virtuelle. Ultérieurement, selon les fonds disponibles, d'autres projets, dont certains sont déjà identifiés, seront développés.

Pour l'Université et son service de placement, la constitution de cette corporation sans but lucratif offre plusieurs avantages importants, dont surtout le fait que plusieurs organismes subventionnaires dans le domaine de l'employabilité et une politique du marché du travail privilégient les corporations à but non lucratif. Il est donc primordial que le Service de placement de l'Université ait accès à ces sources de financement externes.

Rapport sur les mesures de rétablissement de la situation financière
D'autre part, les membres du Conseil ont reçu un rapport sur les suites données au plan de rétablissement de la situation financière de l'Université. On se rappellera que le Conseil, en adoptant ce plan le mois dernier, avait demandé la présentation de rapports mensuels sur l'implantation des diverses mesures qu'il contient. Le rapport présenté hier indique qu'en ce qui concerne les mesures d'ordre plutôt budgétaires, des gestes ont été posés jusqu'ici pour 1,4 M $ sur un objectif de 2 M $ pour l'année financière en cours. Quant aux gestes posés jusqu'ici pour l'an prochain (1999-2000), ils représentent des économies de 2 M $. Au plan des mesures organisationnelles, plusieurs gestes ont été posés en terme de réorganisation du rectorat et des vice-rectorats, tels le regroupement des secrétariats des commissions, la rationalisation du Bureau de planification et d'études institutionnelles et du Réseau de valorisation de l'enseignement (de concert avec l'abolition du Centre de production multimédia), et la restructuration du Budget de développement de la recherche. L'évaluation intégrée de la Faculté des sciences de l'administration est amorcée. Pour sa part, le vice-recteur a fait rapport sur les mesures faisant appel à la collaboration des syndicats et association.

En ce qui concerne le mode forfaitaire aux études supérieures, dont l'application de la résolution d'abolition a été retardée jusqu'à sa réunion d'hier, le Conseil d'administration a résolu, dans une résolution qui a fait l'objet d'un amendement en cours de séance, de hausser les droits de scolarité du régime forfaitaire pour les étudiants canadiens à 334 $ par trimestre à compter du trimestre d'automne 1999, et à 560 $ par trimestre à compter du trimestre d'automne 2000, d'enlever l'exemption des frais afférents pour les personnes qui étaient en mode forfaitaire, et de réserver, à partir du trimestre d'automne 1999, 25 % des revenus additionnels générés par la hausse des frais forfaitaires pour des bourses d'admission et de diplômation des deuxième et troisième cycle. La même résolution demande enfin que l'Université prenne les mesures appropriées pour raccourcir la durée des études aux cycles supérieurs.

Autres questions
Par ailleurs, le Conseil d'administration a reçu le rapport du Comité d'éthique et de déontologie du Conseil d'administration; il a également reçu le rapport des vérificateurs sur les données relatives au système d'information sur la recherche universitaire (Siru). Les membres du Conseil, sur avis favorable du Conseil universitaire, ont aussi établi, sous l'autorité de la Faculté des sciences de l'administration, une école ayant pour nom École de comptabilité, et ayant une orientation professionnelle conciliant formation, intervention dans le milieu et développement de la discipline. Le Conseil a aussi apporté une modification mineure au mandat du Comité de vérification de l'Université; il a reçu un rapport d'étape sur l'implantation de progiciels administratifs centraux de même que sur la question du passage à l'an 2000.

MICHEL HÉROUX