4 février 1999

Du vinaigre et de l'encre!

Des chercheurs en foresterie publient une méthode artisanale de coloration des champignons dans l'une des plus prestigieuses revues internationales de microbiologie.

Dans le numéro de décembre de la revue Applied and Environmental Microbiology, entre deux articles portant sur des méthodes hautement technologiques et coûteuses, s'est niché un article au titre suranné: "Encre et vinaigre, une technique simple de coloration des champignons mycorhiziens". Ce n'est pas monnaie courante qu'une revue savante, à l'avant-garde de la technologie, accepte de publier un article sur une méthode qui pourrait tout aussi bien sortir d'un atelier ou d'une cuisine que d'un laboratoire. "Nous sommes assez fiers d'avoir réussi à publier notre papier dans cette revue qui vise l'élite scientifique, admet l'un des auteurs, le professeur Yves Piché, du Département des sciences du bois et de la forêt. "Mais, en toute modestie, nous avons bien présenté nos arguments."

Yves Piché, deux de ses collègues du Centre de recherche en biologie forestière, Horst Vierheilig et Andrew Coughlan, et le chercheur allemand Urs Wyss ont fait valoir que leur technique présentait le grand mérite d'être accessible même aux laboratoires les plus mal équipés de la planète. "Les deux ingrédients requis pour la coloration des champignons sont du vinaigre, comme celui qu'on trouve dans les cuisines, et de l'encre pour écrire. Le vinaigre sert à acidifier la préparation et l'encre la colore", explique brièvement Yves Piché. Les mycorhizes doivent être colorés pour faciliter leur observation au microscope et leur identification. La coloration vinaigre-encre ne coûte presque rien et elle offre un bon pouvoir diagnostic. Les mycorhizes sont des champignons microscopiques qui s'associent aux racines des plantes. Environ 80 % des espèces de plantes terrestres vivent en symbiose avec ce type de champignons.

Selon les quatre chercheurs, c'est par dizaines de milliers qu'il faut compter les spécimens de racines préparés chaque année par les quelque 1 000 spécialistes des mycorhizes à travers le monde. Les colorants chimiques utilisés dans les préparations posent des risques pour la santé et l'environnement, certains étant même considérés cancérigènes. L'encre et le vinaigre constituent donc une alternative intéressante aux colorants chimiques tant sur le plan de l'écologie que de l'économie.

La technique de coloration vinaigre-encre sera surtout utile dans les laboratoires des pays en voie de développement qui n'ont pas facilement accès aux colorants vendus par les fournisseurs de matériel scientifique. "Mais, signale Yves Piché, même dans notre laboratoire, l'encre et le vinaigre ont remplacé des techniques de préparation que nous avions nous-mêmes mis au point dans le passé!"

JEAN HAMANN