7 janvier 1999

115 M $ en fonds externes de recherche

Un nombre record de professeurs ont obtenu des subventions et des contrats de recherche en 1997-1998

Jamais, dans l'histoire de l'Université, autant de professeurs n'auront fait de la recherche que l'année dernière. Au total, 1 170 professeurs, soit une augmentation de 3 % par rapport à l'année précédente (1 133), ont obtenu des subventions ou des contrats de recherche, révèle le rapport de la vice-rectrice à la recherche, Louise Filion, sur le financement des activités de recherche à l'Université en 1997-1998.

Cette hausse dans le nombre de chercheurs actifs s'est répercutée sur les montants obtenus en fonds externes de recherche qui ont atteint 115,2 millions de dollars, par rapport à 106,4 millions en 1996-1997. Il s'agit de la quatrième année consécutive où Laval enregistre une hausse à ce chapitre; en 1994-1995, les montants obtenus atteignaient 102,7 millions. La même tendance se manifeste du côté du nombre de chercheurs qui a grimpé de 1 066 à 1 170 pendant cette période.

Les statistiques compilées par le vice-rectorat à la recherche indiquent que la hausse de la dernière année provient essentiellement du secteur de la médecine qui a obtenu près de 58,5 millions de dollars, soit 9,5 millions de plus que l'an dernier. Le secteur des sciences naturelles et du génie est passé de 40,6 à 40,2 millions alors que celui des sciences humaines voyait ses fonds diminuer de 13,3 à 12,3 millions.

Les plus récentes statistiques disponibles (1996-1997) placent l'Université Laval au troisième rang parmi les universités québécoises, derrière l'Université de Montréal et l'Université McGill. Sur l'échiquier canadien, les chercheurs de Laval occupent le 8e rang au Conseil de recherches médicales du Canada, le 5e rang au Conseil de recherche en sciences humaines et le 7e rang au Conseil de recherche en sciences naturelles et en génie.

La contribution des organismes subventionnaires fédéraux au financement de la recherche à Laval a diminué de 2 millions de dollars l'année dernière (de 37,9 à 35,9 millions) alors que celle des organismes québécois est demeurée à peu près stable (de 29,5 à 29,3 millions). L'augmentation des fonds externes enregistrée en 1997-1998 provient essentiellement des compagnies et sociétés (de 26 à 35,5 millions) et des associations et fondations (de 8,3 à 9,0 millions). L'Université compte maintenant 340 professeurs dont les travaux sont financés par des compagnies et sociétés, soit 59 de plus que l'an dernier. Trente et un professeurs de plus ont obtenu des fonds d'organismes subventionnaires québécois. Par contre, les organismes fédéraux subventionnent 55 professeurs de moins qu'en 1996-1997.

JEAN HAMANN