5 novembre 1998

La Chaire de psychiatrie démarre

Enveloppe de soutien à la recherche de 3 millions de dollars sur les maladies mentales

En matière de stratégie de développement de la recherche en santé au Québec et de l,enseignement supérieur, l'Université Laval innove par la création d'une Chaire de psychiatrie. Cette chaire devient ainsi l'une des plus importantes au Canada en consacrant une enveloppe de soutien de trois millions de dollars à la recherche sur les maladies mentales. La cérémonie officielle marquant, le 30 octobre, le lancement de la chaire, a été l'occasion d'annoncer l'octroi d'une première tranche de subvention de 250 000 $ à une équipe du Centre de recherche Université Laval Robert-Giffard (CRULRG).

"La création de la Chaire de psychiatrie, a précisé à cette occasion le recteur François Tavenas, vise à supporter financièrement des travaux de recherche et de formation de chercheurs dont le but est l'avancement des connaissances nécessaires à l'amélioration des traitements et des conditions de vie des personnes souffrant de maladies psychiatriques."

Un levier innovateur
La Chaire de psychiatrie de l'Université Laval constitue un levier économique et académique innovateur qui rassemble d'emblée une grande partie des conditions de succès essentielles pour assurer une contribution significative à l'avancement des connaissances sur les causes des maladies et des troubles mentaux. Parmi celles-ci, citons la multidisciplinarité des méthodologies de recherche, la complémentarité des domaines de recherche, la polarisation des forces vives de la recherche autour de partenaires et projets mobilisateurs, l' opportunité de liaison avec l'industrie pour le transfert technologique des connaissances, la création d'une filière d'emploi porteuse et structurante pour le domaine de la santé au Québec, la création d'un pôle scientifique à haute valeur d'attraction pour la région.

Rassemblées grâce à la nouvelle chaire, de telles conditions renforcent les mailles de la chaîne d'organisation de la recherche sur les maladies mentales au Québec. Mais ici comme dans les autres sociétés occidentales, un constat demeure encore: le déséquilibre chiffré de la faible proportion des budgets de recherche accordés dans le secteur des troubles mentaux. Ainsi, au Canada, le budget consacré à la recherche sur les maladies et les troubles mentaux est de 17 millions de dollars par rapport à un budget affecté à des pathologies spécifiques de l'ordre 512 millions, alors que 3 % de la population souffre de dépression majeure, 1 % de psychose maniaco-dépressive et 1 % de schizoprénie. Chez les enfants et adolescents, 14 % des individus présentent des troubles de développement et psychiatriques nuisant gravement à leur adaptation. Et on a déterminé que 17 % des personnes âgées sont affectées par des troubles mentaux. On ne peut qu'imaginer, dans un tel contexte, les lourdes conséquences socioéconomiques entraînées par ces problèmes.

Une riche expertise
Créé par l'Université Laval et son Département de psychatrie, en collaboration étroite avec l'Hôtel-Dieu du Sacré-Coeur et le Centre hospitalier Robert-Giffard, le CLULRG est le premier réseau officiel de recherche adulte et infantile sur les maladies du cerveau, les troubles sévères de comportement et les maladies psychiatriques. Michel Maziade et Claude Gravel, respectivement directeur scientifique et directeur du laboratoire de transfert de gènes au Centre de recherche Université Laval Robert-Giffard s'y sont distingués pour leurs travaux de recherche conduits dans le cadre d'un programme de génétique de la schizophrénie et des psychoses maniaco-dépressives ainsi que d'un programme de transfert génique.

Rappelons, notamment, que l'équipe de Michel Maziade, psychiatre et épidémiologiste, professeur au Département de psychiatrie de la Faculté de médecine et directeur scientifique du CLULRG, a été accréditée récemment d'un budget de 1,6 million de dollars dans le cadre du programme de Groupe du Conseil de recherches médicales du Canada (CRM). Plusieurs de ses chercheurs se sont distingués en publiant leurs découvertes dans des revues scientifiques prestigieuses comme Nature Medicine, Archives of General Psychiatry, American Journal of Medical Genetics, American Journal of Psychiatry. Depuis 1995, les efforts déployés par les chercheurs du CRULRG ont permis d'obtenir, en compétition, des subventions et bourses de recherche totalisant de plus de 2 millions de dollars par année.

Le bureau de direction
Un bureau de direction, dont le président est Michel Gervais, ancien recteur de l'Université Laval, aura à élaborer des stratégies de recherche de financement pour assurer la croissance des fonds de la Chaire de psychiatrie ainsi que la conformité des normes et standards des octrois à venir selon les règles du Fonds de recherche en santé du Québec. Il sera composé également de Michel Maziade (titulaire), Sylvie Marcoux, vice-doyenne de la Faculté de médecine, Noël Montgrain, directeur du département de psychiatrie de la Faculté de médecine, Réjean Cantin, directeur général du Centre hospitalier Robert-Giffard, Denis Bradet, président de la Fondation Robert-Giffard, Jacques Thivierge, pédopsychiatre à l'Hôtel-Dieu du Sacré-Coeur, Marcel Jobin, président du conseil d'administration du CRULRG et Line Grisé, adjointe au vice-recteur aux Affaires académiques et étudiantes.