26 mars 1998

Les trésors de la Cartothèque

Une richesse patrimoniale jusqu'alors réservée presque exclusivement aux chercheurs devient enfin accessible au grand public. Exposition traditionnelle au local 4183-z du pavillon Jean-Charles-Bonenfant. Exposition virtuelle sur Internet.

Des cartes, des cartes et des cartes. La Cartothèque de l'Université Laval, située au 4e étage du pavillon Jean-Charles-Bonenfant, possède à n'en point douter une imposante collection de cartes de toutes sortes: 4 500 cartes papier, 12 000 microfiches cartographiques à très haute résolution (toute la collection des Archives nationales du Canada portant sur le Québec), 2 200 cartes sur microfilm du Musée de l'Amérique française (anciennement les archives du Séminaire de Québec).

"La Cartothèque de l'Université Laval constitue un centre documentaire unique au Québec pour la recherche sur la cartographie ancienne de la Nouvelle-France et du Québec", affirme Yves Tessier, chef de la Cartothèque, qui prendra sa retraite le 24 avril. Jusque-là réservée quasi exclusivement aux chercheurs, qui devaient se rendre à la salle 4183-z du Jean-Charles-Bonenfant pour en profiter, toute cette richesse patrimoniale sera dorénavant accessible par d'autres voies.

Non seulement a-t-on procédé hier, mercredi 25 mars, à l'inauguration de l'exposition "Les trésors de la Cartothèque", mais on a aussi profité de l'occasion pour "lancer" officiellement sur le serveur de la Bibliothèque la version virtuelle de cette exposition de même que la base de données cartobibliographiques CHAMPLAIN sur la cartographie ancienne du Québec.

Ancienneté et unicité
Les collections de la Cartothèque regroupent des documents qui se présentent majoritairement sous forme de reproductions. Plusieurs de ceux-ci sont toutefois des originaux d'époque. C'est le cas notamment de la Carte de la Nouvelle-France de 1632 établie par Samuel de Champlain, laquelle sera sûrement la grande vedette de l'exposition qui se tiendra dans les locaux de la Cartothèque jusqu'au 24 avril.

"Nous avons identifié une trentaine de cartes qui représentent des "trésors", soit en raison de leur ancienneté en édition originale (la carte de Champlain de 1632, des cartes originales des XVIIIe et XIXe siècles), soit à cause de leur caractère unique (se retrouvant en exclusivité dans notre cartothèque souvent sous forme manuscrite)", précise Yves Tessier. L'étalement cartographique proposé au public s'étend de la Carte de la Nouvelle-France de 1632 par Samuel de Champlain (aux dires du chef de la Cartothèque, l'un des chefs d'oeuvre de la cartographie de la Nouvelle-France et la première carte scientifique du Canada construite à partir d'observations systématiques et de relevés astronomiques de positionnement) à la Carte du réseau routier de la province de Québec réalisée par le ministère de la Voirie du Québec vers 1942.

Expo virtuelle et repérage à distance
L'opération de mise en valeur des diverses collections de la Cartothèque débordera la simple tenue de l'exposition à la salle 4183-z de la Bibliothèque. Ainsi, la version virtuelle de cette exposition, reprenant commentaires et extraits de cartes numérisés (30 documents, 77 fichiers-images), fera la promotion permanente de son fonds ancien à l'adresse: http://www.bibl.ulaval.ca/ress/carto2.

Il en sera de même de la base de données cartobibliographiques CHAMPLAIN sur Internet (http://www.bibl.ulaval.ca/bd/carto/). Le transfert et le montage de la base de données Édibase en base Web sur le serveur de la Bibliothèque viennent d'ailleurs d'être complétées avec succès, indique Yves Tessier. "Cette base de données CHAMPLAIN (qui compte plus de 11 000 notices) s'avère un moyen puissant pour promouvoir nos collections par le repérage à distance", souligne le chef de la Cartothèque de l'Université Laval.

GABRIEL CÔTÉ