29 janvier 1998

LES SPORTS

CHAMPIONNAT DU MONDE DE SAUVETAGE
QUAND LE RÊVE DEVIENT RÉALITÉ

Au cours des prochains jours, une étudiante et un gradué de l'Université Laval vivront une expérience exceptionnelle... et un brin inusitée. Du 6 au 15 février, Maud Jean et Jérôme Côté s'exileront à l'autre bout de la planète, à Auckland en Nouvelle-Zélande, pour participer au Championnat du monde de sauvetage.

Maud, 21 ans, est originaire de Sept-Iles. Elle devrait obtenir son baccalauréat en éducation physique dans deux ans. Jérôme, un Fidéen, a obtenu son diplôme de la faculté d'administration en 1996. L'histoire ne dit pas s'il était un étudiant modèle, mais le jeune homme de 22 ans a déjà fait sa niche au sein d'une firme de comptable de la région.

Comment se retrouvent-ils sous les chauds rayons de soleil du Pacifique? "Je vous l'accorde, le sauvetage, c'est plutôt méconnu ici", admet Jérôme. "Du moins, en tant que sport de compétition. Mais là-bas, surtout en Australie, c'est la folie furieuse".

"Je crois qu'on peut expliquer notre intérêt pour ce sport par le fait que nous sommes deux nageurs à la recherche d'un nouveau défi, ajoute sa complice. J'ai évolué pendant cinq ans au sein du club de natation Rouge et Or. Mais là, je prends une année sabbatique".

Notre expert-comptable, lui, ne compétitionnait pas sous la bannière de l'Université Laval, mais plutôt pour le club civil CSQ (Cap-Rouge, Saint-Augustin, Québec).

En piscine
"Il est fréquent de voir les nageurs arrondir leur fin de mois en tant que sauveteurs. C'est comme cela que nous avons été mis en contact pour la première fois avec le sauvetage compétitif. Mais uniquement en piscine, bien sûr", précise Côté. Rapidement, les deux compères ont accumulé une certaine expérience du sauvetage en piscine, Jérôme participant aux trois derniers Championnats québécois de la discipline et Maud à deux.

"Au Québec, nous sommes choyés. Notre circuit est le plus développé au pays, avec une dizaine d'épreuves par année. À force de compétitionner, on a fini par grimper les échelons, et voilà qu'on a la chance unique de faire partie de l'équipe nationale".

Objectifs réalistes
Malgré son jeune âge, Jérôme Côté devrait techniquement en être à son deuxième Championnat du monde de sauvetage. En 1996, l'équipe canadienne lui avait fait signe en vue de la compétition disputée en Afrique du Sud. Mais à la dernière minute, son horaire surchargé l'a forcé à décliner l'invitation.

"La compétition comporte trois disciplines: les courses, la nage en piscine et dans l'océan, et les épreuves avec embarcations", explique Maud. "Comme nous sommes tous deux des experts en piscine, nous prendront part à des épreuves comme une course avec des palmes aux pieds ou le sauvetage de mannequins".

En Nouvelle-Zélande, le Canada n'a pas d'objectifs spécifiques, sinon celui d'évaluer sa progression au niveau mondial. "On ne se fait pas d'illusions, claironnent en coeur Maud et Jérôme. Les pays ayant une longue tradition, comme l'Australie, sont inatteignables".

"Le Championnat du monde se divise en deux volets. Pour le volet national, chaque pays a droit à une seule équipe de douze sauveteurs. Vingt-cinq pays seront représentés et nous visons le dixième rang. Pour le volet interclub, au cours duquel un pays peut envoyer un nombre illimité d'équipes, nous visons la 30e place sur 180".

Le Canada, pour des raisons économiques fort compréhensibles, n'enverra qu'une formation. Il s'agira d'une équipe particulièrement jeune, stratégiquement assemblée avec l'objectif de la voir demeurer le plus intact possible au cours des prochaines années.

Les Olympiques dans la mire
Quand ils parlent de leur prochain périple, les yeux de Maud et de Jérôme s'illuminent. Et avec raison. L'Océanie, ses plages, l'univers style "Baywatch" du monde du sauvetage font évidemment rêver. Mais il y a plus.

"Vous ne pouvez vous imaginer comment c'est gros là-bas, le sauvetage de compétition, signale Jérôme. "C'est aussi gros que le hockey ici, sinon plus. Il y a même un "World Tour". Je n'ai pas de chiffres exacts, mais je ne pense pas me tromper en disant que les meilleurs sauveteurs professionnels touchent annuellement un salaire dans les six chiffres".

"Je pense que les gens vont prendre conscience de l'ampleur du phénomène en l'an 2000, alors que le sauvetage sera en démonstration aux Jeux olympiques de Sydney", ajoute sa camarade. "Pour nous, tous ces facteurs sont une source de motivation exceptionnelle".

À l'heure actuelle, Maud et Jérôme semblent en bonne position pour participer aux Jeux de Sydney. Mais bien des facteurs entreront en ligne de compte. "Il y a beaucoup d'inconnus pour l'instant. Le Canada sera-t-il assez fort pour envoyer une équipe, les standards seront-ils élevés d'un cran? Difficile de prévoir".

En attendant, Jérôme semble plus réticent à se laisser bercer d'illusions et à se lancer tête première dans l'aventure. "Je ne compte certainement pas pratiquer mon sport au niveau professionnel", avoue-t-il. Le côté pratique du comptable reprend le dessus. Et pour cause. Pour l'instant, le sauvetage étant méconnu chez nous et les commanditaires se faisant donc rares, le voyage leur coûtera 3 000 $.

Mais Maud, elle, préfère ne fermer aucune porte. "Si jamais un responsable du "World Tour" se montrait impressionné par mes talents de nageuses à Auckland, elle pourrait tourner le dos à une proposition? Ouf!"

0h! le soleil, l'océan, les plages...

MICHEL BÉLANGER


Athlétisme

MÉDAILLE DE BRONZE POUR ISABELLE BISSON À MCGILL

La sprinteuse Isabelle Bisson du Club d'athlétisme Rouge et Or a remporté une médaille de bronze au 60 m lors de l'importante rencontre invitation universitaire présentée à l'Université McGill le 24 janvier dernier. Des équipes du Québec, de l'Ontario et des États-Unis ont participé à cet événement prestigieux.

Isabelle Bisson qui a réalisé la meilleure performance du Rouge et Or, a réussi un temps de 7.91.

Du côté féminin, il faut aussi souligner la septième place de Julie Nichols au 300 m en 45.19 et de Christine Deschênes sixième, avec un lancer du poids de 11.10 m.

Deux athlètes masculins ont également bien fait lors de cette compétition, soit Omar Helou avec une cinquième place au 60 m haies (8.69) et Daniel Fleury, sixième au saut en longueur avec un bond de 6 m 45 et huitième au triple saut avec 12 m 35.

Au classement général, le Rouge et Or a pris le treizième rang.

Belgique-Québec : le Rouge et Or se distingue

Trois athlètes du Rouge et Or ont remporté des médailles lors de la rencontre d'athlétisme Belgique-Québec.

Remy Khani a fait un chrono de 6.85 pour remporter l'or sur 60 m. France Gagné a projeté le poids à 13 m 77, remportant une médaille d'argent.

Christian Girard l'a imité, cette fois, au saut en hauteur avec une performance de 2 m 05, ce qui lui a permis de réussir son standard pour les nationaux universitaires.

Girard est le deuxième athlète de Laval à faire le standard de l'Union sportive interuniversitaire canadienne, l'autre étant justement France Gagné avec une performance réussi il y a deux semaines à Sherbrooke.

L'entraîneure Kim Chapdelaine constate que des progrès se réalisent très rapidement dans son équipe et les trois médailles contre la Belgique en sont une preuve.

Compétition provinciale au PEPS
Le PEPS sera l'hôte de la troisième tranche du circuit universitaire provincial d'athlétisme le samedi 31 janvier à compter de 9 h. Plus de 150 participants sont attendus à cette compétition préparatoire en vue du Championnat provincial qui sera présenté au PEPS le 28 février et 1er mars.

YVAN BREAULT


Basketball

LE ROUGE ET OR TRÈS COMPÉTITIF

En basketball, le Rouge et Or a lancé un sérieux avertissement aux Stingers de l'Université Concordia malgré les deux défaites. Après un voyage (Sainte-Foy - Montréal) de plus de six heures le 23 janvier dernier, les équipes de l'Université Laval ont démontré malgré la fatigue un courage exceptionnel.

L'équipe féminine a perdu par cinq points, 69-64 devant la formation qui présente la meilleure fiche au Québec. Il semble d'ailleurs que la lutte se fera à trois dans ce circuit avec Laval, Concordia et Bishop's. Julie Dionne a compté 14 points contre Concordia. À McGill, l'offensive est venue principalement de Valérie Samson et Geneviève Laporte avec 15 points chacune. Résultat : victoire de 74-57.

Du côté masculin, même scénario avec une défaite par cinq points 68-63 à Concordia. Yuan Jomphe a compté 19 points. La fatigue a sûrement dû jouer un rôle dans ce match qui s'est terminé à minuit. Le Rouge et Or s'est repris à l'Université McGill avec une victoire serrée de 70-68. Un gain important pour Laval qui rejoint McGill au troisième rang. Richard Lépine a mené l'attaque avec 15 points.

Les deux équipes joueront leurs trois prochains matchs sur la route avant de revenir au PEPS le 13 février.

YVAN BREAULT


BRÈVES

CLUB L'AVAL

Amateurs de plein-air, soyez au rendez-vous les 6, 7 et 8 février pour découvrir, grâce à la complicité des animateurs dynamiques du Club l'AVAL, de nouvelles destinations pittoresques dans la région de Québec. Cinq sorties figurent au calendrier du Club pour cette fin de semaine. En télémark, les participants iront à Stoneham dévaler des pentes en compagnie de l'animateur Guy Scherrer. Une randonnée de deux jours en raquette dans le secteur de la Rivière Noire de la Forêt Montmorency vous est également proposée. Quant aux skieurs et skieuses sur piste, ces derniers se rendront à Saint-Adolphe pour une randonnée de plusieurs kilomètres. Enfin, en ski hors-piste, les membres du Club auront le choix de visiter les sentiers du Refuge Le Dôme (2 jours) ou encore, ceux du Mont Tourbillon (1 jour) en compagnie des organisateurs Erik Falardeau ou Louis Sirois.

Pour s'inscrire à l'une ou l'autre de ces sorties, les personnes intéressées sont invitées à se présenter à la réunion préparatoire qui aura lieu le lundi 2 février, à 19 h, au local 2270 du PEPS. C'est à ce moment que l'on réglera tous les détails des expéditions (transport, menu, équipement). À noter que si vous ne pouvez pas vous présenter à la réunion, il est préférable de se faire représenter par un ami.

Information: Louise Bédard 656-2131 poste 6030 ou Jean-Pierre Collin au 656-2131 poste 6622.

BIEN S'ÉQUIPER POUR L'HIVER

Au terme de la réunion préparatoire du Club de plein-air l'AVAL, du lundi 2 février, Benoit Saint-Jean proposera aux amateurs de plein-air, un atelier intitulé "Bien s'équiper pour l'hiver". Ce spécialiste vous conseillera sur l'équipement et l'habillement reliés aux activités du Club en hiver. Ce dernier vous rappelle qu'une utilisation judicieuse de l'équipement et un bon choix de vêtements font toute la différence en- tre le confort et l'inconfort. Il vous entretiendra notamment de vêtements, skis, bottes, bâtons, tentes, tapis de sol, sacs de couchage, sacs à dos, bivouacs et raquettes. C'est une activité à ne pas manquer!

COURS DE MASSAGE DE DÉTENTE

Le Service des activités sportives dispensera un cours de massage de détente les 6, 7 et 8 février au PEPS. Offert à toute personne désirant connaître et appliquer les bases fondamentales du massage, ce cours intensif sera donné selon l'horaire suivant: vendredi, de 19 h à 22 h; samedi et dimanche, de 9 h à 16 h. Pour de plus amples renseignements ou pour s'inscrire, communiquez avec Sylvain Malchelosse, au centre de massothérapie du PEPS au 656-3719.

BAINS ANNULÉS

La présentation de la Coupe Québec Esso de natation à la piscine du PEPS les 30, 31 janvier et 1er février, oblige la direction du Service des activités sportives a annulé tous les bains de la fin de semaine à l'exception de celui, de 7 h 20 à 8 h 20 le vendredi de même que celui de 14 h à 15 h 50 du samedi et du dimanche.

ACTIVITÉS ANNULÉES AU STADE

En raison d'une compétition universitaire d'athlétisme, les usagers du PEPS sont priés de prendre note que le jogging, le tennis et l'escalade seront annulés au stade couvert du PEPS à compter du vendredi 30 janvier, 21 h 30 et cela, jusqu'au samedi 31 janvier, 20 h 30.

HOCKEY LIBRE

Des séances de hockey libre sont proposées aux membres de la communauté universitaire et régionale désireux de pratiquer leur sport favori sur le campus. L'horaire en vigueur pour le trimestre d'hiver se lit comme suit: lundi, de 15 h à 16 h 20 (glace A); mardi, de 15 h 45 à 17 h 05 (glace B); mercredi, de 16 h 30 à 17 h 50 (glace A); jeudi, de 12 h à 13 h 20 (glace A); vendredi, de 13 h 15 à 15 h 45 (glace B).

Le coût est fixé à 4 $ pour les joueurs membres du Service des activités sportives et à 6 $ pour les non-membres. Le paiement s'effectue au comptoir du magasin de l'aréna. Le port du gilet est obligatoire.

Par ailleurs, notons qu'une période de patinage artistique libre est inscrite à l'horaire le mardi, de 12 h à 13 h 20 sur la patinoire A de l'aréna du PEPS. Même tarif. Renseignements: Régis Dumont 656-2131 poste 6020.

RÉMI DION


LA COUPE ESSO DE NATATION

LE ROUGE ET OR VISE LE SOMMET DU CLASSEMENT

Le PEPS sera, encore une fois, l'hôte des traditionnelles épreuves de la Coupe Esso lors de la fin de semaine du 31 janvier. L'équipe du Rouge et Or bataillera fermemement afin de se classer parmi les meilleurs.

L'entraîneur-chef du Rouge et Or natation, Éric Isbister, vise rien de moins que les plus grands honneurs de cette compétition. " Nous voulons être parmi les trois meilleurs clubs cette fin de semaine ". Toutefois, il voit cette épreuve comme un tremplin aux grandes manifestations à venir. " Pour nous, c'est une compétition qu'on pourrait qualifier de préparation au grand championnat canadien ".

Forte représentation
L'équipe du Rouge et Or sera représentée par 40 athlètes dont 24 garçons et 16 filles. Elle se mesurera à 29 autres clubs dont deux provenant de l'Ontario, soit Nepean et Perth. Au total, on dénombre la participation de 239 nageurs qui seront à ce grand rendez-vous annuel de la natation.

Plusieurs athlètes de l'équipe du Rouge et Or devraient se démarquer cette fin de semaine. Du nombre, notons Jean-François L'Anglais, 18 ans, originaire de Saint-Félicien, qui sera à surveiller dans le quatre nages et le style libre. Il faudra également voir la performance de Dominic Besner et d'André Harvey dans le 50 m libre. Le nageur Éric Pelletier sera également un atout pour l'équipe dans le 100 m brasse.

Du côté des femmes, on ne peut pas passer sous silence l'absence de l'excellente nageuse Sophie Simard. Malheureusement, celle-ci n'est pas encore remise de sa blessure. Cependant, Josée Santillan assumera le relais en défendant l'équipe au 200 m papillon. D'ailleurs, Éric Isbister mentionne que Josée risque de faire valoir ses talents dans toutes les épreuves de style papillon.

La compétition se déroulera du vendredi 30 janvier au dimanche 1er février. Les épreuves débuteront le vendredi à 10 h 30. Les différentes finales seront présentées à 18 h, chaque jour.

MARC PINEL


MÉNOPAUSE, PRENDRE UNE PAUSE POUR MIEUX S'ALIMENTER

La ménopause, ce phénomène physiologique tout à fait naturel et incontournable, nous prend parfois par surprise. Etant donné qu'on ne peut rien faire pour l'éviter, vaut mieux s'y préparer.

Au cours d'un atelier-conférence qui aura lieu le mardi 3 février, à 19 h, au local 3252 du PEPS, nous allons parler des principaux symptômes et de leurs explications physiologiques. Nous vous entretiendrons également de l'ostéoporose, de l'hormonothérapie et des maladies cardio-vasculaires.

Bien entendu, notre plat principal concernera les adaptations que les femmes (avec les années qui passent) doivent apporter à leur alimentation. L'admission est fixée à 5 $. Pour les membres du programme Kilo-santé, l'entrée sera libre. Les billets sont disponbibles au poste d'accueil du niveau 1 au PEPS.


RÉSULTATS ROUGE ET OR
VOLLEYBALL

Le Rouge et Or volleyball a terminé sa préparation pour le Tournoi Rouge et Or - SSQ de belle façon. Le 24 janvier dernier, les filles ont pris la mesure des Carabins de l'Université de Montréal par 8-15, 15-5, 15-12, 10-15 et 15-9, alors que leurs confrères en disposaient par 10-15, 11-15, 15-7, 15-3 et 15-10.

Le lendemain, nouvelles victoires, cette fois au compte de 15-10, 15-10, 3-15 et 15-11 sur les Martlets de McGill chez les dames et de 15-8, 15-4 et 15-6 sur les Carabins chez les messieurs.

BADMINTON
L'équipe de badminton a, quant à elle, poursuivi sa domination du circuit québécois en enlevant les honneurs du tournoi de l'Université de Montréal. Elle s'est imposée par 3-2 sur l'Université de Montréal, 4-1 face à l'Université du Québec à Trois-Rivières, et 5-0 sur les universités de Sherbrooke et McGill.

MICHEL BÉLANGER


Ski alpin

BON DÉPART D'ANNIE FILION

Les premières épreuves du circuit universitaire de ski alpin ont été disputées la fin de semaine dernière sous le signe d'un débat très relevé, ce qui n'a pas empêché Annie Filion de connaître quatre excellentes manches de slalom lui donnant la deuxième place au classement cumulatif.

Marie-Chantal Salvas et Julie Ringuet ont terminé treizième et quinzième, respectivement.

Du côté masculin, Eric Renaud a très bien fait en prenant une dix-huitième place bien méritée dans un groupe de soixante-dix compétiteurs. David Marselad est un autre skieur du Rouge et Or qui a pris part à cette compétition de deux jours terminant trente-septième.

Au classement cumulatif, l'Université Laval se classe sixième, résultat d'une quatrième place chez les femmes et d'une septième chez les hommes.

Les athlètes universitaires ont maintenant rendez-vous à Sutton les 31 janvier et 1er février pour un slalom géant.

YVAN BREAULT


TOURNOI ROUGE ET OR - SSQ

LE VOLLEYBALL À SON MEILLEUR

À Québec, la fin du mois de janvier ne signifie pas seulement l'arrivée du Carnaval. Elle coïncide également avec la tenue, au PEPS, du Tournoi de volleyball Rouge et Or - SSQ. Du 30 janvier au 1er février, les deux formations du Rouge et Or se mesureront à quelques- unes des meilleures équipes au pays.

La compétition sera particulièrement relevée du côté masculin. Nos représentants, classés dixièmes au pays, devront se défendre face à des adversaires tels Sherbrooke, éternels rivaux au Québec et bons deuxièmes au Canada, Dalhousie, sixième, Western Ontario, jusqu'à tout récemment dans le "top" dix, et Montréal.

La commande s'avère difficile, certes, mais fait partie du processus d'apprentissage que vie cette saison la très jeune troupe Rouge et Or. Tout les espoirs sont permis: souvenez-vous d'une certaine équipe russe qui était venue pour apprendre...

Premier rendez-vous: vendredi, 12 h, pour le match entre Western et Sherbrooke. Pour le Rouge et Or, l'action débute à 14 h contre Montréal.

Objectif : l'or
Chez les femmes, le Rouge et Or présente une formation beaucoup plus expérimentée, surtout depuis les retours des joueuses de cinquième année Geneviève Morin et Nancy Paradis.

Bien rodée, la formation de France Vigneault n'a plus perdu au Québec depuis les premières semaines de la campagne et est bien installée au troisième échelon de la hiérarchie nationale.

Ses visiteurs de la fin de semaine seront les universités de Sherbrooke et de Toronto, ainsi que la meilleure équipe collégiale au pays, les Élans de François-Xavier Garneau.

La confrontation avec les jeunes joueuses de Garneau sera particulièrement intéressante, puisqu'il s'agit de la filière du Rouge et Or depuis maintenant plusieurs années.

Le volet féminin débute à 18 h, vendredi, avec le duel entre Toronto et Sherbrooke. Le Rouge et Or prend, quant à lui, le plancher à 20 h, justement face à F.-X. Garneau.

MICHEL BÉLANGER