29 janvier 1998

 

L'INRS crée la Chaire Fernand-Dumont sur la culture

La Chaire Fernand-Dumont sur la culture de l'INRS-Culture et Société (Université du Québec) a été inaugurée officiellement hier, mercredi 28 janvier, lors d'une cérémonie tenue dans les voutes de Mgr de Laval, au Petit séminaire de Québec, en présence de la famille, de nombreux amis et collègues de ce sociologue, philosophe, essayiste et poète décédé l'an dernier. "L'idée de la création d'une chaire sur la culture qui porterait son nom et qui perpétuerait sa mémoire a tout naturellement surgi, au lendemain de la disparition de Fernand Dumont, au sein de l'INRS-Culture et Société, prolongement de l'Institut québécois de recherche sur la culture qu'il a fondé, puis animé pendant plus de dix ans", a déclaré Yves Martin, co-fondateur avec Fernand Dumont, de la revue Recherches sociographiques, et membre du Conseil de la nouvelle chaire..

Fernand Dumont s'est imposé, tout au long de sa longue carrière de professeur à l'Université Laval, comme un chercheur de réputation internationale, un fin analyste de la culture et de l'évolution de la société québécoise, un croyant préoccupé par la question de la transcendance et un intellectuel engagé dans la cité. La Chaire Fernand-Dumont sur la culture développera une approche englobante de la culture (façons d'être, de penser, d'agir), sans pour autant négliger certaines questions plus spécifiques liées à la culture instituée (arts, lettres, médias). Les travaux de recherche et de réflexion qu'on y mènera porteront notamment sur la transmission de la culture, les rapports entre l'éthique et la solidarité sociale, l'avenir des petites sociétés dans un contexte de mondialisation de l'économie et de la culture, la place de la transcendance dans nos sociétés postmodernes. Le titulaire de la Chaire Fernand-Dumont sur la culture est le professeur-chercheur Fernand Harvey. Les activités de la Chaire sont financées par les revenus générés par un fonds de dotation, géré par l'Institut national de la recherche scientifique (INRS), dont l'objectif est d'un million de dollars.