29 janvier 1998

 

VIEILLISSEMENT, MONDIALISATION ET DIGNITÉ

"Vieillir est une calamité qu'on vit tous les jours. Quand tu n'as plus que des souvenirs, c'est que tu commences à être vieux", a lancé Michel Chartrand, l'un des plus célèbres leaders syndicaux du Québec, à l'occasion d'une conférence qui a eu lieu le 20 janvier à l'agora du pavillon Alphonse-Desjardins. Dans le cadre de ses "Cycles de conférences", l'Association des étudiantes et des étudiants de Laval inscrits aux études supérieures (ALIÉS) avait invité le bouillant syndicaliste, en compagnie de Marc-André Delisle, professeur au Département de sociologie, à venir discuter sur le thème "Les impacts du vieillissement dans la dynamique de la mondialisation".

"Le vieillissement de la population et la mondialisation des échanges constituent des phénomènes inéluctables. On ne doit cependant pas oublier que l'être humain doit rester au centre des préoccupations", a fait valoir Marc-André Delisle, auteur de deux ouvrages traitant de différents aspects reliés au vieillissement de la population: Aspects démographiques, économiques et sociologiques du vieillissement et Vieillir dans les régions, parus aux Éditions La Liberté. "Dans le futur, a-t-il poursuivi, les sociétés industrialisées, comme celles du Québec, devront s'ajuster sur le plan économique en s'adaptant aux nouveaux besoins d'une population vieillissante. Par ailleurs, ces sociétés devront s'impliquer davantage dans l'exportation vers les pays en voie de développement."

Présentement, a souligné Marc-André Delisle, la population du Québec est "modérément vieille", c'est-à-dire que les personnes âgées constituent entre 6 % et 12 % de la population globale. D'autre part, la population du Québec est plus jeune qu'en Europe mais plus âgée que dans les pays en voie de développement ou moins industrialisés (Asie, Amérique du Sud, Afrique). Le Québec a actuellement le plus haut taux mondial de jeunes prêts à travailler, a ajouté le sociologue. Par contre, en 2025, le taux de personnes âgées de plus de 65 ans sera de 24,5 % si le taux de fécondité (1,6 enfant par femme) se maintient. Selon cette hypothèse, les enfants ne constitueront plus que 13,6 % de la population totale.

Un homme de parole
Prônant la justice sociale, le bonheur pour tous et la solidarité, Michel Chartrand a séduit la foule par son entrain et son rire franc. Il a dénoncé notamment le traitement fait aux personnes âgées de nos jours: "Il ne faut pas oublier que ce sont ces femmes et ces hommes, avec à peine une cinquième année de scolarité, qui ont construit ce pays et qui se sont battus pour ce que vous avez aujourd'hui." Le syndicaliste a pointé du doigt les universitaires qui, selon lui, "ne savent pas diriger la société", et dénoncé le fait que le gouvernement investit davantage d'argent pour l'élite scolaire, alors qu'il devrait l'investir au primaire: "Avant tout, l'école, c'est fait pour apprendre à vivre en société. Pas pour apprendre à jouer du coude."

MÉLANIE VILLENEUVE
Stagiaire