29 janvier 1998

LA BIBLIOTHÈQUE VIRTUELLE PREND FORME

Les banques de données explosent et les services d'accès se raffinent.

Les personnes qui fréquentent la Bibliothèque de l'Université Laval en empruntant la porte d'entrée de son serveur Web pénètrent aujourd'hui dans un monde de la connaissance virtuelle qui a pris beaucoup d'ampleur depuis quelques semaines.

"La collection virtuelle de la Bibliothèque, accessible par le réseau, s'accroît à un rythme accéléré, indique Danny J. Sohier, analyste de l'informatique à la direction de la Bibliothèque générale. Les usagers de notre serveur Web peuvent maintenant accéder à une soixantaine de banques de données bibliographiques et à plus d'une centaine de périodiques éparpillés un peu partout dans Internet."

Par la grande porte
Le contenu grossissant à vue d'oeil, plusieurs services ont été greffés au contenant pour faciliter la tâche des utilisateurs. Premier ajout de taille: le système Portail (http://www.bibl.ulaval.ca/portail). Grâce à son implantation, étudiants, professeurs et membres du personnel de l'Université ont dorénavant la possibilité d'avoir accès seuls aux banques de données en réseau de la Bibliothèque, quels que soient leur localisation géographique (hors campus) et leur fournisseur de liens Internet.

La banque de données Current Contents (http://www.bibl.ulaval.ca/cc) qui recense chaque semaine les résumés de quelque 7 000 périodiques scientifiques, s'est pour sa part "refait une beauté". Son bouquinage, plus polyvalent, permet, entre autres choses, la consultation par source, par section CC, par catégorie, de même que la recherche par mot-clé pour retrouver plus rapidement une source. Qui plus est, tous les articles rédigés par des membres de la communauté universitaire sont dès à présent accessibles à l'intérieur de la section "Articles publiés à Laval".

La Bibliothèque a finalement mis en service le module ADOC (Accès au Document) afin d'aider ses usagers à accélérer leurs quêtes d'information, explique Danny J. Sohier. ADOC (http://www.bibl.ulaval.ca/adoc) s'adresse aux usagers qui souhaitent se procurer un article de périodique ou un livre au moyen de son formulaire électronique.

La clé
Dans ce dernier cas, comme dans d'autres, on n'échappe pas au fameux NIP, le numéro d'identification personnelle, qui représente, aux yeux de l'analyste de l'informatique, la "clé pour utiliser les nouveaux services de la Bibliothèque".

"Le NIP est d'ores et déjà utilisé par les étudiants au niveau d'Agora et de l'inscription à distance. Il est prévu qu'il soit de plus en plus employé sur le campus afin d'offrir des services à distance. Des maintenant, la Bibliothèque utilise le NIP pour gérer les accès aux systèmes Portail et ADOC, et au module de diffusion sélective de la banque Current Contents", précise Danny J. Sohier.

GABRIEL CÔTÉ