8 janvier 1998

Progamme études-travail

Création immédiate de 117 emplois étudiants sur le campus

Les facultés et les services de l'Université Laval ont bien répondu aux attentes suscitées par le programme Études-travail. Même si celui-ci a été lancé tardivement à la fin du trimestre d'automne 1997, les diverses unités de l'Université ont en effet proposé la création de 117 emplois qui seront destinés aux étudiantes et aux étudiants de premier cycle au cours du présent trimestre d'hiver.

"Le comité de sélection a reçu des projets très intéressants et de haute qualité", a fait savoir Lili Bernard, responsable du programme Études-travail au Service de placement. Une très forte proportion d'entre eux touche au domaine de l'informatique, a-t-elle souligné. Les nouveaux emplois étudiants proviennent de 13 facultés et 5 services, en particulier de la Faculté des sciences et de génie, de la Faculté des sciences de l'administration, de la Faculté des sciences de l'agriculture et de l'alimentation et du Département d'information et de communication de la Faculté des lettres.

Affichage à surveiller
L'ensemble des postes ainsi créés sera déjà affiché au Service de placement (2447, pavillon Alphonse-Desjardins) et dans son site W3 (http://www.spla.ulaval.ca/) lorsque les étudiantes et les étudiants de l'Université entreprendront leur trimestre, le lundi 12 janvier.

Pour être admissible chaque candidat ou candidate devra préalablement s'auto-inscrire au Service de placement. Les candidatures seront ensuite évaluées en fonction de certains critères, dont les principaux porteront sur les compétences et sur la situation financière (bénéficiaire de prêts et bourses) de l'étudiante et de l'étudiant inscrits à temps complet au premier cycle. Le Service de placement soumettra subséquemment aux unités - responsables du choix final - un maximum de trois candidats pour chacun des postes ayant fait l'objet d'un affichage.

L'unité qui embauchera une étudiante ou un étudiant dans le cadre du programme Études-travail recevra une subvention de 4 $ l'heure, pour un maximum de 100 heures par trimestre, par étudiant. La prestation de travail de ce dernier ne devra donc pas dépasser 15 heures par semaine.

Rappelons que le Comité exécutif de l'Université a débloqué, à sa séance du 25 novembre 1997, des fonds se chiffrant à 140 000 $ pour le démarrage du programme Études-travail, du 1er janvier au 31 mai 1998. Le budget de l'année financière 1998-1999 atteindra pour sa part les 300 000 $, et devrait susciter l'apparition de 375 emplois étudiants au sein des diverses unités d'enseignement et des services de l'Université Laval.

GABRIEL CÔTÉ