26 janvier 1995

LOI 32: UNE VICTOIRE POUR L'UGIL

Après 10 ans de revendications auprès du gouvernement du Québec pour qu'il modifie la Loi 32, l'Union des gradué(e)s inscrit(e)s à Laval (UGIL) aura finalement eu gain de cause. Elle pourra se faire reconnaître comme association représentant les étudiants et les étudiantes des cycles supérieurs de l'Université Laval.

Pour ce faire, il faudra cependant qu'au moins 25 % de ses quelque 7 000 membres participent au référendum qu'elle tiendra à compter du 7 février prochain, et que la majorité d'entre eux répondent OUI à la question référendaire.

L'annonce de la tenue du référendum a été faite en fin d'après-midi, le mercredi 18 janvier, au pavillon La Laurentienne, en présence de tous les officiers de l'Union, du recteur Michel Gervais et de la vice-rectrice Louise Milot.

La supervision de cet événement capital -- s'il en est un -- dans les 28 ans d'histoire de l'Union des gradués et graduées a été confiée à Pierre Robitaille, vice-président à l'interne de l'UGIL, qui présidera la Commission référendaire. Celui-ci a indiqué que la première phase du référendum aura lieu sur le campus les 7, 8 et 9 février. Les étudiants et les étudiantes aux 2e et 3e cycles pourront se prononcer dans des bureaux de scrutin situés dans les pavillons Charles-De Koninck, Alexandre-Vachon, Adrien-Pouliot, Palasis-Prince, Paul-Comtois, Abitibi- Price et Félix-Antoine-Savard. La seconde phase se déroulera par envoi postal, du 14 février au 3 mars.

Rappelons que le gouvernement du Québec adoptait, en 1983, la Loi sur l'accréditation et le financement des associations d'étudiants et d'élèves, la Loi 32. Celle-ci n'autorisait l'accréditation que d'une seule association étudiante à l'Université Laval pour représenter l'ensemble des étudiants des trois cycles. Une décennie plus tard, après bien des représentations, l'UGIL obtenait enfin que des amendements soient apportés à la Loi 32. On lui accordait alors le droit de mettre en branle un processus devant lui permettre d'être officiellement et légalement reconnue comme association de campus par le ministère de l'Éducation, puis par l'Université Laval.

Selon Pierre Robitaille, la mise en place du référendum d'accréditation, les 7, 8 et 9 février clôt un vieux dossier. «C'est la sommation d'une époque de structuration et de revendication qui a galvanisé les énergies et les intérêts de toute une cohorte d'intervenants au sein de l'UGIL», témoigne-t-il. Et de renchérir: «Par son appui lors du scrutin référendaire, l'étudiant des 2e et 3e cycles confirmera la pertinence de plus d'une génération d'engagement et de service.»

GABRIEL COTÉ