26 janvier 1995

Le CRM s'associe à un fonds à capital de risque

Le président du Conseil de recherches médicales du Canada (CRM), Henry Friesen, était de passage à Québec le 19 janvier pour rencontrer les chercheurs et discuter avec eux de l'épineux problème du financement de la recherche. Les nouvelles concernant le financement du CRM par le gouvernement canadien s'annoncent plutôt mauvaises: les rumeurs vont d'un optimiste gel de budget à une plus réaliste coupure de 15% des fonds dans le prochain budget Martin.

Les chercheurs auront donc tout intérêt à être à l'affût de nouvelles avenues de financement au cours des prochaines années et Henry Friesen a tenu à présenter l'une de ces avenues à laquelle le CRM est associé: le Fonds de découvertes médicales canadiennes. Devant des chercheurs rassemblés au CHUL en après-midi puis au Château Frontenac en soirée, Henry Friesen a fait valoir l'apport significatif que ce fonds d'investissement à capital de risque pouvait avoir pour le développement de projets de recherche ayant un fort potentiel commercial et également pour l'ensemble de l'économie canadienne. Le Canada investit présentement 1 milliard de dollars par année en recherche médicale et il devra accroître ce montant s'il espère retirer davantage du marché mondial des soins médicaux évalué à 300 milliards. Le Canada importe présentement 80% des médicaments et produits médicaux qu'il consomme ce qui occasionne un déficit commercial de 2 milliards de dollars annuellement.

Le CRM et ses partenaires du Fonds, essentiellement des firmes d'investissement et des compagnies privées oeuvrant dans le domaine médical, espèrent amasser 150 millions de dollars en vue de soutenir des projets scientifiques qui pourraient conduire à la fabrication de produits pharmaceutiques ou biomédicaux. Le prospectus du Fonds a été publié au début du mois de décembre. Le Fonds utilisera le processus d'évaluation des pairs créé par le CRM pour juger de l'excellence des chercheurs et de l'unicité de leur découverte. Selon Jean Joly, chercheur à la Faculté de médecine de l'Université et directeur régional du CRM, il y a plusieurs groupes de recherche de la région de Québec, notamment ceux actifs en biotechnologies, qui sont en bonne position pour aller chercher du financement dans ce Fonds.

JEAN HAMANN

-30-